Le Récap’ Sport #23

F1 : Vettel remporte le premier Grand-Prix de la saison !

AUTO-AUS-PRIX-F1
Crédit photo: leparisien.fr

Ce dimanche sur le circuit de Melbourne, en Australie, la scuderia Ferrari a frappé un grand coup. Alors que Lewis Hamilton (Mercedes) a signé la première pole position de la saison, Vettel (Ferrari) se plaçait deuxième, devant Valterri Bottas (Mercedes) et Raïkonnen (Ferrari). Au premier virage de la course, Hamilton a su garder sa position, malgré une tentative de dépassement de Vettel par la droite, et a même signé le meilleur chrono lors du deuxième tour. Sur le tour suivant, se fut au tour de Vettel de battre son record, et les ennuis ont alors commencé pour le Britannique. Alors que Mercedes lui demandait de tourner en 0,28’’ dans le secteur 1, pour creuser l’écart face à Vettel qui était à moins d’une seconde, Lewis Hamilton répondait « impossible ». La lutte pour la première place était bel et bien lancée dès le début de course, les deux hommes réalisant les meilleurs chronos.

Le tournant de cette course se déroula lors du 18ème tour, lorsque Lewis Hamilton réalisa son premier pit stop, afin de passer sur des pneumatiques « tendres ». Vettel passa alors premier, lui qui avait débuté avec des pneumatiques « tendres ». La stratégie de Ferrari a bien fonctionné, et la chance a souri à Vettel, qui a pu gagner 2,5’’ à Hamilton, « bloqué » derrière Verstappen (Red Bull, P4). Lors de son pit stop au 24ème tour, Vettel est ressorti juste devant Verstappen et Hamilton, et a alors fait valoir son expérience pour garder sa position lors des premiers virages. Il a alors su gérer sa course, et nous a (enfin) montré le Vettel des bons vieux temps, celui des quatre titres de champion du monde. La course fut également marquée par l’abandon de sept pilotes, dont le Français Romain Grosjean, victime d’une panne de moteur lors du 15ème tour.

Deux ans après sa dernière victoire à Singapour en 2015, Ferrari se place à nouveau au sommet, et lance sa saison de la meilleure des façons. Le règne des Mercedes va-t-il connaître un chamboulement ? La saison est lancée.

Ricardo PINTO MAIA

Eliminatoires Coupe du monde 2018. Les Bleus font le job face au Luxembourg (3-1)

luxembourg france l'express
Crédit photo: lexpress.fr

Au terme d’un match  peu enthousiasmant, les joueurs de Didier Deschamps ont réalisé l’essentiel. S’imposer pour garder la tête du groupe A. le sélectionneur tricolore  avait opté pour un 4-2-3-1 avec  des choix importants. Mendy et Sidibé étaient choisis pour les postes de latéraux tandis qu’Ousmane Dembelé était titularisé aux côtés d’Olivier Giroud et Dimitri Payet. Un effectif équilibré mêlant jeunes talents et joueurs expérimentés.

Durant les dix premières minutes de jeu, Les Français sont un peu à la peine face à des Luxembourgeois regroupés mais volontaires en contre-attaque à l’image de la première incursion de  Mutsch à la cinquième minute ou encore la frappe de Bensi qui finit dans les bras de Lloris. Heureusement pour les Bleus, les locaux manquent de précision et n’inquiètent pas le gardien tricolore. Il faut attendre une tête de Giroud à la 8e minute suite à un coup-franc de Dimitri Payet pour voir une première occasion française. Payet que l’on retrouve à la 15e minute pour une très grosse occasion cette fois. Il lance en profondeur  Griezmann qui manque son duel face à Anthony Moris. Le portier luxembourgeois, touché au genou, doit finalement céder sa place quelques minutes plus tard.

Les opportunités commencent à se faire de plus en plus présentes pour les Français face à une équipe luxembourgeoise qui peine parfois à la relance. Et c’est finalement Giroud qui vient libérer les siens à la 28e minute. Sur une action emmenée par Kanté et Griezmann, Djibril Sidibé délivre une belle passe en retrait à Giroud qui marque dans le but vide.  L’avantage français est de courte durée puisque trois minutes plus tard, Bensi est déséquilibré par Matuidi dans la surface. Penalty pour le Luxembourg transformé par Aurélien Joachim. Mais un penalty peut en cacher un autre. À la 36e, soit deux minutes après l’égalisation, c’est Sidibé qui est accroché. Antoine Griezmann ne tremble pas et redonne l’avantage aux Français. 2-1 à la pause. Si les Bleus mènent au score et ont des occasions, ils se sont aussi fait peur à plusieurs reprises notamment sur coup de pied arrêté.

Le début de la seconde mi-temps n’est pas des plus passionnants. De plus, à la 62e minute, Sidibé doit céder sa place à Jallet. Touché au thorax, le défenseur monégasque ne pourra disputer la rencontre face à l’Espagne mardi soir. Après quelques bonnes incursions dans la surface luxembourgeoise, c’est à la 77e minute que l’équipe de France creuse la marque grâce à un doublé d’Olivier Giroud servi parfaitement par Benjamin Mendy. Avec 23 buts inscrits, l’attaquant d’Arsenal rentre dans le classement des 10 meilleurs buteurs en Équipe de France. 3-1.  Les dix dernières minutes sont l’occasion de voir évoluer ceux qui feront peut-être le bonheur des Bleus à l’avenir. Kylian Mbappé et Adrien Rabiot rejoignent Dembélé et Kanté sur le terrain. Et pour sa première sélection, Mbappé aurait pu vivre le baptême parfait. Sur sa toute première frappe, le jeune attaquant manque de peu de tromper Schon. Mais le score en restera là. Les Bleus reprennent la tête du groupe A avec 13 points. Mardi sera peut-être l’occasion pour ces jeunes talents de montrer leurs qualités lors d’un match de gala face à l’Espagne.

Dans les autres résultats, toujours dans le groupe A, Les Pays-Bas se sont inclinés 2-0 face à la Bulgarie. Un bien mauvais résultat pour les Hollandais qui se retrouvent 4e de la poule. Après avoir manqué le rendez-vous de l’Euro 2016, les Oranje pourraient cette fois-ci ne pas voir la Russie. Dans les autres favoris européens à la qualification,  le Portugal s’est imposé 3-0 face à la Hongrie grâce notamment à un doublé du capitaine Ronaldo. Les Portugais sont deuxièmes de la poule B à 2 points de la Suisse. L’Allemagne conforte sa première place à la tête de la poule C après sa victoire face à l’Azerbaïdjan (4-1).  Enfin, dans le groupe G, l’Espagne et l’Italie restent au coude à coude avec 13 points chacun.

Laurie VEYRIER

Cyclisme – Gand-Wevelgem : Van Avermaet en patron

63567
Crédit photo: lequipe.fr

C’est l’histoire d’un Belge qui, à 31 ans, ne cesse d’enrichir un palmarès aussi imposant que ses cuisses. Pour le lever de rideau d’un tryptique flandrien qui s’achèvera en apothéose dans deux semaines avec Paris-Roubaix, Greg Van Avermaet s’est adjugé la classique Gand-Wevelgem, une semaine seulement après son triomphe au Grand Prix E3.  Le champion olympique est affuté, Sagan, lui, est frustré.

Le vent, un classique de ces « classiques belges », n’a pas inhibé les aspirations du peloton. De Tony Martin (qui a d’ailleurs lourdement chuté) à Daniel Oss, en passant par Jasper Stuyven et Zdenek Stybar, nombreux ont été les prétendants à  passer à l’attaque ce dimanche. Sans grande réussite. La banderille décisive fut placée par Van Avermaet à l’ultime passage du mont Kemmel. Peter Sagan –tenant du titre- se fait surprendre par la flèche décrochée par le belge de la BMC mais parvient à s’accrocher. Dans sa roue, le champion du monde ramène Nick Terpstra, Jens Keukelaire et Soren Kragh Andersen. A 14km de l’arrivée, le club des cinq se fissure : Peter Sagan, excédé par le comportement de Tepstra qui préfère s’économiser plutôt que de collaborer, coupe volontairement son effort. Terpstra, piètre sprinteur, n’aura plus à se soucier de garder des forces pour l’emballage final : Van Avermeat et Keukelaire en ont profité pour se  faire la malle et offrir au public du plat pays un duel belgo-belge. A ce petit jeu, l’expérimenté et puissant Van Avermaet règle le coureur d’Orica-Scott pour s’offrir un succès de prestige.

Sagan a, quant à lui, passé ses nerfs en allant chercher la troisième place. Encore une fois, il a été l’un des grands animateurs de cette classique. Après la course, le Slovaque ne décolérait pas.  Même s’il ne gagne pas à chaque fois, il a prouvé qu’il pouvait décider de qui allait perdre. Un brin mauvais joueur le Peter ?  Peut-être a t-il du mal à accepter son statut d’homme à abattre sur ces courses du printemps. Mais vu le champion, on peut s’attendre à ce qu’il réponde sur les pédales, et ce, dès la semaine prochaine. Mon dieu que cette saison des Classiques commence bien !

   Félix GABORY

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s