Benoît Hamon remplit le théâtre Femina de Bordeaux

Ce mardi 17 janvier, Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche (arrivé en tête au premier tour du 22 janvier) était venu partager son programme devant les 1200 bordelais présents au théâtre Femina. Beaucoup de jeunes avaient fait le déplacement.

Une salle comble et un auditoire jeune

Après les primaires républicaines qui ont vu François Fillon sortir vainqueur, c’est maintenant au tour des socialistes de se coller au jeu de la primaire. François Hollande l’a dit, il ne se représentera pas et tout l’enjeu pour la gauche aujourd’hui est de reconquérir le peuple français, fatigué par ce mandat au bilan très nuancé, mais aussi de se rassembler. De plus, on assiste, en France comme ailleurs en Europe, à une montée des extrêmes qui sont à tout prix à éviter et qui représentent pour les deux partis majoritaires un réel danger.

C’est dans cette cohue politico-médiatique où chaque bord politique et candidat tentent de défendre ses intérêts, que s’inscrit le contexte de ces primaires socialistes. Ils veulent rester sur le devant de la scène politique française en mettant au cœur des débats de nouveaux enjeux, notamment pour la démocratie et l’écologie. Chaque candidat essaie de sortir du lot tout en respectant les valeurs socialistes. Certains y arrivent mieux que d’autres et c’est moins d’une semaine avant le premier scrutin de la primaire que Benoît Hamon, ancien ministre frondeur de François Hollande, était venu présenter son programme à Bordeaux.

Ce qui a frappé au premier abord à ce meeting, c’est la quantité impressionnante de jeunes. De jeunes de tous bords et tous âges, des lycéens, des étudiants et autres. Ils ont d’ailleurs été plusieurs fois remerciés au cours de la soirée pour leur présence. La soirée a débuté par un traditionnel défilé de soutiens, tel Pascal Lafargue, le président d’Emmaüs Gironde ou encore la Bordelaise Naïma Charaï, venus partager leurs convictions profondes envers le projet du candidat socialiste. Durant ces interventions, Benoît Hamon se tenait à l’écart, attentif à leurs discours, se penchant parfois sur ses fiches pour en relire des extraits ou ajouter des notes.

C’est peu après 21 heures que Benoît Hamon a pris la parole devant un public majoritairement acquis à sa cause et chaleureux. Au programme, pas de charges violentes (même s’il a adressé quelques pics envers la droite et ses concurrents de la primaire de gauche), mais le partage d’un projet. Hamon le définit d’ailleurs simplement comme étant un choix qu’il propose parmi ceux des autres candidats à l’Elysée.

« On négocie avec les banquiers, pas avec la planète »

Le candidat Hamon a choisi d’aborder quatre thèmes principaux, à commencer par l’écologie. Un enjeu majeur pour lui. Sortie du nucléaire, investissement dans la rénovation énergétique, le renoncement aux pesticides, le passage à l’économie circulaire… Tant de propositions qui ont séduit les personnes présentes. L’écologie est au cœur des enjeux du programme de Benoît Hamon et selon ses propos, « être socialiste aujourd’hui, c’est aussi être écologiste ». Outre le climat et ce qui peut être entreprit en France pour éviter le réchauffement, le candidat socialiste a également évoqué sa volonté de lutte contre les perturbateurs endocriniens, des substances chimiques présentes dans un très grand nombre de produits, qui peuvent avoir des effets néfastes pour l’organisme humain.

Il a ensuite détaillé son projet de revenu universel, un revenu d’existence destiné à tous les jeunes citoyens de 18 à 25 ans. Benoît Hamon voit en cela une solution à la transition numérique qui supprime certains types d’emplois pour les remplacer par des machines. Il a par ailleurs annoncé un montant de 600 €, chiffre qu’il a revu à la baisse après une première annonce de 750 €.

Le 49.3 citoyen a également été évoqué. Cela consiste à permettre à 1% représentatif du corps électoral français de proposer des lois au gouvernement ou à l’inverse de bloquer le passage d’autres lois. Un projet qui a également pour vocation de faire plus appel au référendum pour consulter régulièrement le peuple et non pas une fois tous les 5 ans. « Il n’y a pas assez de démocratie en France » estime Benoît Hamon. En opposition au 49-3 largement utilisé par le gouvernement Valls et selon lui, un 49-3 citoyen pourrait permettre au gouvernement de se rapprocher du peuple, mais aussi de lui donner plus de pouvoir.

Enfin, Benoît Hamon a choisi de parler de son projet de visa humanitaire qui permettrait d’accueillir plus de migrants. Il faut voir ce visa comme une « candidature » pour venir en Europe, ce qui évitera aux réfugiés d’être bloqués à nos frontières. Cela pourrait aussi permettre de maîtriser les flux migratoires et de mieux les répartir en Europe, gage d’une meilleure insertion pour les migrants. « La France pourrait accueillir beaucoup plus de réfugiés » selon Benoît Hamon et il n’a pas tort. Nous en avons accueilli un chiffre qui varie entre 25 000 et 30 000 selon les sources, ce qui est minime par rapport à nos voisins allemands ou suédois. C’est également un montant dérisoire pour le pays qui est la 5ème puissance mondiale, rappelle le candidat socialiste. Il en profite aussi pour attaquer bénignement François Fillon, le candidat libéral et légèrement conservateur qui se dit « chrétien lorsqu’il le veut » notamment par rapport à la question des migrants… On pourra aussi préciser qu’il n’a même pas évoqué la légalisation du cannabis, proposition faisant pourtant débat dans son programme.

Un outsider qui s’impose en insider

sans-titre
Le premier tour des primaires place Hamon en tête / Crédit : Sud Ouest

Après un premier tour de la primaire socialiste qui a vu Benoit Hamon sortir vainqueur devant Manuel Valls avec 36.5% des voix contre 31.1%, le second tour s’annonce aussi surprenant que celui des Républicains. Le candidat Hamon s’affiche comme une alternative tangible au plus à droite des élus de gauche (Manuel Valls), un challenger qui a représenté l’opposition socialiste pendant le gouvernement Hollande-Valls. Il a également su créer la surprise face à un duo Montebourg/Valls qui s’était mis en tête de plusieurs sondages. Le 2ème tour de cette primaire aura lieu le 29 janvier et la gauche compte sur une participation plus élevée qu’au premier tour…

Nous pouvons laisser le mot de la fin à Benoît Hamon et ses dernières paroles à Bordeaux Des mots rassembleurs, notamment pour la gauche si fragmentée. Il a terminé en s’adressant aux jeunes présents, qu’il attire par ses idées plus ou moins novatrices. Benoit Hamon leur affiche son soutien et se veut d’ « être le candidat de la génération nouvelle […] en train de ne pas rater le rendez-vous des années à venir ».

François Collet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s