Le Récap’ Sport #14

Du foot, du handball et du rugby, voici ce qui t’attend dans le premier Recap’ Sport de l’année 2017 !

L1 : Monaco s’offre l’OM au Vélodrome !

Pour ce match de clôture de la 20ème journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille recevait Monaco (2e) au stade Vélodrome. Avec quatre victoires sur les quatre matchs de championnat de décembre, les olympiens recevaient l’un des plus sérieux candidats au titre, qui était semble-t-il moins en jambes qu’en début de saison. À Marseille, les monégasques ont prouvé le contraire, en inscrivant quatre buts, dans une véritable démonstration de force.

L’entame de match de Monaco fut décisive, puisque les deux premiers buts furent inscrits dans les 20 premières minutes. Lemar (16ème) puis Falcao (20ème) ont rapidement montré qui était le patron. Si Marseille semblait fébrile au milieu de terrain, qui avait du mal à rivaliser face au fort pressing des joueurs de Jardim, l’attaque marseillaise parvenait à se procurer quelques occasions, à l’image de Cabella (21e). Profitant d’une bonne réaction de son équipe, Rolando inscrivait le 1-2 à la 27ème minute de jeu, et redonnait espoir à ses coéquipiers. Si les Marseillais montaient d’un cran, les monégasques n’hésitaient pas à jouer le contre, une technique qu’ils maitrisent parfaitement, mais que Sidibe n’a pas su exploiter à deux reprises, à l’image de ce face à face avec le gardien perdu à la 40ème minute de jeu. Le break fut réalisé lors de la dernière action de cette première période, lorsque Bernardo Silva décalait à droite, avant de venir place une tête au milieu de la défense marseillaise. À la mi-temps, Monaco s’imposait 1-3, et la tâche devenait difficile pour Rudi Garcia.

Au retour des vestiaires, Marseille cherchait à imposer son jeu, et montrait un beau visage, mais Bernardo Silva a définitivement clôt les espoirs marseillais, en inscrivant le 4ème but monégasque à la 54ème minute de jeu, après une belle percée dans la surface de Fabinho. Le score final était acté, malgré les 60% de possession pour l’OM. Si les marseillais cherchaient à inscrire un deuxième but, ne serait-ce que pour soigner leur image, la réalité s’est vite fait ressentir, et les vingt dernières minutes de ce match se sont jouées sur un rythme plus lent. Monaco revient donc à la hauteur de Nice en tête de cette Ligue 1, qui a fait match nul (0-0) face à Metz. Si Rudi Garcia se plaint d’erreurs d’arbitrage sur le deuxième but monégasque, ainsi que sur un hors-jeu mal sifflé sur Bafé Gomis (23ème), le résultat semble parler de lui-même.

Ricardo Pinto Maia

Mondial de Handball : L’Equipe de France évite le piège Norvégien !

Trois jours après avoir battu le Japon (31-19) mais perdu Luka Karabatic (rupture du ligament tibio-fibulaire) pour le reste de la compétition, les Bleus affrontaient la Norvège, 4e du dernier Euro (ils avaient notamment éliminé l’équipe de France), et à égalité de points au sein du groupe A. Premier gros match donc pour les Experts qui ont cette fois-ci répondu présent en s’imposant 31-28 au terme d’une belle opposition. On a d’abord pu assister à une bonne première mi-temps au cours de laquelle les Français ont régalé le public du Hall XXL de Nantes grâce à quelques séquences de grande qualité notamment après l’arrêt de Thierry Omeyer à la 18e. Pendant plusieurs minutes les hommes de Didier Dinart ont pris le dessus sur leur adversaire, allant jusqu’à mener par 5 buts d’écart grâce à un joli but de Luc Abalo depuis sa propre surface (13-8). 16-12 à la mi-temps, les Bleus font le boulot et repartent de plus belle après la pause. 19-13 à la 33e minute. À noter un Nikola Karabatic des grands soirs avec 83 % d’efficacité offensive (5 buts) et 11 passes décisives ! Élu Homme du match, il est sans aucun doute l’un des artisans de la victoire française. À la 37e minute, l’écart se creuse une nouvelle fois. 22-15. les Norvégiens tenteront tout de même de revenir notamment en fin de partie mais le but de Guigou vient sceller l’issue de la rencontre. 31-28. Malgré quelques légers relâchements, les Experts ont été largement à la hauteur du rendez-vous. Prochain match mardi soir face à la Russie. Les Bleus s’y présenteront en leader du groupe A !

Laurie Veyrier

Rugby – European Champions Cup : Clermont prend le quart, Toulouse calle mais garde espoir, Toulon s’offre une finale.

Fortune diverse pour les clubs de l’hexagone engagés en coupe d’Europe ce week-end. Commençons par le duel franco-français qui opposait Clermont à Bordeaux-Bègles à Chaban Delmas. Leader du groupe 5 avant cette rencontre, les auvergnats avaient besoin d’une victoire pour valider leur qualification en quart de finale. Au terme d’un match sans essais –et sans grande saveur -qui s’est résumé à un duel de buteur, ce fût chose faite. Victorieux 9 à 6, l’ASM n’aura besoin que d’un nul bonifié pour s’assurer la première place du groupe lors de la sixième et dernière journée. Cette défaite d’une courte tête entérine tous les espoirs de qualification de l’UBB. Même en cas de victoire lors de l’ultime rencontre, les girondins ne parviendront pas à arracher une place de meilleur deuxième. Les hommes de Raphaël Ibanez pourront nourrir des regrets.

Des regrets, il y en a dans les rangs du Stade Toulousain. Face aux anglais de Wasp, les hauts-garonnais auront mené une grande partie de la rencontre jusqu’à un essai assassin de leurs adversaires. Battus sur le fil 17 à 14, les rouges et noirs laissent filer une bonne occasion de se rapprocher de la phase finale. Dimanche prochain, ils auront tout de même leur destin entre leurs mains face à la province irlandaise du Connacht. Le Stade Toulousain devra s’imposer, si possible avec bonus, contre le leader actuel du groupe 2. Pas une mince affaire.

L’autre club qui sera maître de son destin, c’est Toulon. Opposé aux Sharks de Sale, le plus faible adversaire du groupe, le RCT devait s’imposer avec le bonus pour garder des chances de qualifications. Sur le papier, c’était à leur porté. Mais sur le terrain, les varois ont peiné. Menés à la mi-temps, Toulon attendu la fin de match pour enflammer Mayol. Grâce à deux essais lors des cinq dernières minutes, le RCT empoche une victoire poussive mais bonifiée (27-12) L’essentiel est assuré : le week-end prochain, les toulonnais iront défier les Saracens, champions d’Europe en titre et premier du groupe. Une victoire bonifiée est attendue pour s’assurer de voir les quarts.

Les autres clubs français en lice, eux, n’auront plus rien à jouer la semaine prochaine. Déjà éliminé, le Racing 92, champion de France et vice-champion d’Europe, a passé ses nerfs sur les Leicester Tigers (34-3). Une première victoire dans cette édition 2016-2017 qui aura au moins le mérite de sauver l’honneur. De leurs côtés, Castres (battu 28-21 par Northampton) et Montpellier (giflé 57-3 par Leinster) ont perdu tout espoir de qualification.

Félix Gabory

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s