Le Récap’ Sport #11

Tennis – Coupe Davis: l’Argentine sur le toit du monde

Au terme d’un combat féroce et d’un suspense haletant, l’Argentine a remporté sa première Coupe Davis. En renversant la Croatie sur son terrain, les Argentins ont réalisé un incroyable retournement de situation.

Vendredi, les deux numéros 1 avaient fait le boulot. Del Potro évitait le piège Karlovic (3 sets à 1) quand Cilic devait batailler ferme pour se défaire de Delbonis (3-2). Qu’importe, Argentine et Croatie se quittaient dos à dos au terme de cette première journée.

Samedi, à l’occasion du double, la paire Cilic-Dodig étrille leurs homologues argentins Del Potro-Meyer en trois manches sèches. La Croatie passe en tête et prend une option sur le saladier d’argent.

Dimanche, Cilic, le leader croate et numéro 6 mondial, a l’occasion de terminer le travail et d’offrir à sa patrie le deuxième titre de son histoire. Il remporte les deux premiers sets. Les Argentins sont K.O debout. Cilic n’a plus qu’une petite manche à remporter pour décrocher le graal et faire chavirer la salle de Zadar dans l’ivresse. Mais dans un ultime sursaut d’orgueil, Del Potro le magnifique va au bout de lui-même et remporte les trois manches suivantes. Renversant. Il y aura donc un match décisif pour savoir qui de l’Argentine ou de la Croatie remportera la plus prestigieuse des compétitions de tennis par équipe.

Pour la gagne, Delbonis et Karlovic  jouent le match le plus important de leur vie. Devant son public, le Croate est tétanisé par l’enjeu. Face à lui, Delbonis semble touché par la grâce. Lui-même presque surpris par la qualité de son tennis, le 41ème joueur mondial est injouable.  Les supporters argentins, venus en nombre, sont déchaînés. Le score est anecdotique. L’improbable Delbonis scelle la victoire argentine en 3 sets et 2h09 de jeu. Après quatre finales perdues et un come-back miraculeux, les Argentins s’offrent leur premier titre. Un scénario épique que seule la Coupe Davis peut nous offrir.

Félix Gabory

F1: Nico Rosberg champion du monde

Lors de ce dernier grand prix de la saison, Nico Rosberg comptait 18 points d’avance sur Lewis Hamilton. Auteur d’une très belle fin de saison, et d’une dernière pole position à Abu Dhabi ce dimanche, le Britannique a tout fait pour remporter un troisième titre de champion du monde. Avec un départ de course imposant, Hamilton a contrôlé la course du début à la fin, mais son coéquipier, Nico Rosberg, n’a jamais laissé la concurrence le devancer.  Bien que Vettel et Ricciardo nous aient livré l’une de leur plus belle prestation de la saison, Rosberg a maîtrisé sa course, et s’est battu pour conserver sa deuxième place. La tâche s’est avérée difficile, compte tenu de la performance des Ferrari et des Red Bull, ce qui a rendu cette course assez spectaculaire. Lors du dernier tour, Vettel était à moins d’une seconde de Rosberg, qui n’en comptait qu’une et demie d’avance sur Ricciardo, quatrième. Une erreur aurait suffi pour le priver de ce titre tant convoité, mais le pilote de Mercedes a tenu bon. À 31 ans, Nico Rosberg égale l’exploit de son père, Keke Rosberg, champion du monde en 1982, et s’inscrit dans la liste des champions du monde de Formule 1. Auteur d’une saison très régulière, Rosberg a sans doute prouvé que la régularité était essentielle dans ce sport automobile.

Pour les amateurs de Formule 1, rendez-vous en 2017, avec de nouvelles règles qui devraient permettre à certaines écuries de revenir dans la lutte pour le titre. Avec une augmentation de la largeur des pneus arrières (+80mm), la création d’une section centrale « neutre » sur l’aileron avant, ou encore la diminution du fond plat (-100mm), les Formule 1 devraient gagner 5 secondes par tour, et être plus compétitives les unes que les autres. La domination des Mercedes va-t-elle être affectée ? Réponses le week-end du 24 mars 2017, lors du Grand Prix de Melbourne !

Ricardo Pinto Maia

 Ligue 1: l’Aiglon niçois a du plomb dans l’aile, Monaco et Paris en profitent

Après la coupe d’Europe cette semaine, c’était le retour de la Ligue 1 avec une 14e journée qui a commencé vendredi soir par la victoire de Rennes sur Toulouse, 1-0, grâce à un but de Yoann Gourcuff dès la première minute de jeu. Une victoire qui permet aux Bretons de de se placer à la 4e place du classement. Toulouse est 9e.

Samedi à 17h, l’AS Monaco accueillait L’Olympique de Marseille pour le premier choc de la 14e journée. Et malgré une entame de match plutôt positive, les Marseillais ont rapidement plongé face à la puissance monégasque en encaissant 3 superbes buts sur la première mi-temps (Boschilia 22e, Germain 29e; 38e). Les Phocéens ont été trop maladroits et trop impuissants face à une équipe impressionnante (et qui a assuré sa première place de poule en LDC mardi). La seconde période s’est jouée  sur un rythme légèrement plus calme même si les deux équipes se sont procuré quelques belles occasions. Les Monégasques ont géré et n’ont que rarement été mis en danger si ce n’est à la 75e et l’arrêt de Subasic sur Rémy Cabella. Dans les dernières secondes du match, Carrillo se joint à la fête pour inscrire le dernier but de la partie. 4-0. Efficacité redoutable des Monégasques face à une équipe qui n’avait pas les armes pour rivaliser. L’OM ne devra pas s’arrêter sur ce résultat et s’appuyer sur ses quelques phases positives pour se relancer face à Saint-Etienne.

Dans les autres résultats de samedi soir, nous pouvons noter  la victoire renversante des Girondins de Bordeaux face à Dijon. Menés 2 buts à 1 jusqu’en toute fin de partie, les Bordelais ont inversé la tendance grâce à un doublé de Kamano. Puis Dimanche, Nice a ralenti son rythme d’enfer en concédant le nul à domicile face à Bastia. Après avoir mené au score par le biais de Pléa dès la 11e minute, les leaders se sont fait rejoindre à la 60e sur un but de Crivelli. Mauvaise opération pour les Aiglons qui restent tout de même premiers.

Enfin, dimanche soir, l’Olympique Lyonnais recevait le PSG dans son Parc OL pour le choc de cette journée. Un match agréable avec deux périodes très distinctes. Durant la première, les hommes d’Unai Emery ont étouffé les locaux et ont été récompensés par le but de Cavani sur penalty. Puis les changements de Bruno Genesio à la mi-temps (Valbuena et Fekir) se sont révélés bénéfiques pour son équipe. Valbuena égalise à la 48e, l’équipe Lyonnaise est transformée et pose énormément de problèmes à des Parisiens sonnés. Mais c’est finalement le PSG qui s’offre la victoire avec le doublé d’Edinson Cavani sur un centre parfait de Thomas Meunier (rentré à la 65e). Paris prend les trois points et revient, comme Monaco, à 1 petit point de Nice.

Laurie Veyrier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s