Le Récap’ Sport #9

Tennis – Fed Cup : les bleues si proches de l’exploit, Mauresmo s’en va.

Pour la première fois depuis 2005, l’équipe de France féminine de tennis retrouvait la finale de la prestigieuse Fed Cup. Face au quator français composé de Kristina Mladenovic, Caroline Garcia, Alizée Cornet et Pauline Parmentier, se dressait un monstre tchèque victorieux de quatre des cinq dernières éditions. Soyons honnêtes, pas grand monde ne voyait la France l’emporter. Mais à domicile, dans le bouillant Rhénus de Strasbourg, la bande de la capitaine Mauresmo croyait en ses chances de déjouer tous les pronostics.

Le premier simple donne le ton de la finale. « Kiki » Mladenovic affronte Karolina Pliskova. Au terme d’un combat épique et d’un 16-14 dans le troisième set, la Française rend les armes. Malgré un mental à toute épreuve, Mladenovic n’est pas parvenue à renverser la 6ème joueuse mondiale. La République tchèque mène 1-0. Pour le deuxième simple, Caroline Garcia n’a d’autres choix que de s’imposer face à Petra Kvitova. En patronne, la française domine l’ex numéro 2 mondiale (7-6 / 6-3) et ramène les deux équipes à égalité au terme de la première journée. Dimanche, c’est à nouveau Caroline Garcia que nous retrouvons pour un troisième simple d’une importance capitale. En trois sets, la jeune française parvient à se défaire de Pliskova (6-3 / 3-6 / 6-3). Deux victoires à une, la France est devant. Il ne reste plus qu’une victoire à glaner pour renverser l’ogre tchèque. Alizée Cornet est lancée dans l’arène. Pas toujours heureuse en sélection,  il n’y aurait rien de plus beau que de la voir offrir le titre à la France. Mais la Niçoise est tendue. Ses épaules son trop frêles pour porter le poids d’un match d’un tel enjeu. Elle s’incline en deux sets (6-2 / 7-6) face à Strycova. La France manque l’occasion de conclure cette finale.

On y est, le double décisif. L’ultime match qui sacrera l’une des deux équipes. Dans un Rhénus survolté, la paire Mladenovic-Garcia est confiante. Malgré le fiasco des Jeux de Rio (elles avaient été éliminées au 1er tour), la paire française est l’une des meilleures du circuit. Sur le papier, elles sont meilleures. L’exploit est à portée de mains. Place à la vérité du terrain. Sur ce dernier, les bleues sont sérieuses. Mais à 5-4 en leur faveur, la machine s’enraille. Les Tchèques remportent trois jeux d’affilé et s’adjugent le gain de la première manche. En début de deuxième set, les Françaises ratent deux occasions de breaker à 2-1. Dans la foulée, la République tchèque s’empare du service des bleues. Break confirmé, les Tchèques mènent 4-2.  Les Française sont dos au mur. Douées d’une incroyable force de caractère, elles parviennent à débreaker et reviennent à 4-4. S’en suit un jeu interminable sur le service de Caroline Garcia. La tension est à son comble, cette finale est sur le point de tourner. Après 10 minutes de bataille pour ne pas perdre leur service, les Françaises s’en sortent. Mais à 5-5, au pire des moments, elles se font cette fois-ci de nouveau breaker. Les Tchèques servent pour le match. Cette fois, il n’y aura pas de retournement de situation. La République tchèque remporte ce double décisif et par la même occasion sa troisième Fed Cup consécutive, la cinquième en six ans.

Au terme de cette finale perdue, les sentiments sont partagés entre la déception d’être passé si près du graal et la satisfaction de voir cette équipe féminine renaître de ses cendres. En 2012, lorsqu’Amélie Mauresmo a pris les rênes de l’équipe, cette dernière était en deuxième division mondiale. Quatre ans plus tard, elle tient tête à la meilleure nation de la décennie… Ce n’est quand même pas si mal.

Malheureusement, l’équipe de France de Fed Cup devra désormais faire sans celle à qui elle doit sa résurrection. Ce lundi après-midi, Amélie Mauresmo a annoncé qu’elle quittait le navire. Il va donc falloir reconstruire, encore.

                                                                                                                                                      Félix Gabory

 Rugby – XV de France : Test réussi face aux Samoa.

C’était le premier Test-match d’une série qui promet de monter en puissance au cours de ce mois de novembre. Samedi après-midi, au Stadium de Toulouse, les joueurs de Guy Novès se sont largement imposés face aux îles Samoa 52 à 8 au terme d’un match plaisant et maîtrisé. Après une première mi-temps démarrée timidement (0-3 pour les Samoans à la 7e minute), les Français répliquent immédiatement (3-3 ; 9e)  puis inscrivent le premier essai de la partie par le biais de Virim Vakatawa à la 12e minute (8-3). Ils sont ensuite définitivement rentrés dans leur match avec deux essais marqués en l’espace de 4 minutes (29e et 33e) par Yohan Huget et Charles Ollivon. 26-3 à la mi-temps, des Bleus convaincants dans le jeu et qui auraient même pu alourdir la marque avec quelques belles actions. La seconde mi-temps démarre comme la première, les Samoans n’abdiquant pas et inscrivant même leur premier et seul essai du match dès la 43e minute de jeu. (26-8). Après cette petite période de flottement, le XV de France  se relance grâce à l’essai de Gael Fickou (55e) et  inscrit ensuite 3 nouveaux essais (dont un de pénalité). À noter le triplé de Vakatawa (12e, 63e et 79e), sans doute l’un des hommes du match. Au final, 7 essais marqués dans cette partie et une belle victoire pour les Bleus qui gagnent en confiance avant d’affronter l’Australie (19 Nov) puis les All Blacks (26 Nov) au Stade France. Seul point noir de ce match, les nombreuses blessures  à déplorer du côté français dont celles de Poirot (luxation épaule), Goujon (crête iliaque) et Trinh-Duc (fracture radius) qui les empêcheront de jouer les prochains matchs de cette tournée. Les Bleus devront faire sans. À la semaine prochaine !

Laurie Veyrier

F1 : Un Grand-Prix d’Interlagos à couper le souffle !

Les passionnés du sport automobile attendaient cet avant-dernier grand prix de la saison avec impatience. Le mythique circuit d’Interlagos marque l’histoire de la Formule 1 depuis le siècle dernier, et cette tendance ne se sera donc pas arrêtée en 2016. Ce week-end, Lewis Hamilton signait une nouvelle pole position au Brésil, devant son coéquipier Nico Rosberg, premier du championnat. À 19 points de Rosberg, Lewis Hamilton avait pour objectif de ne rien lâcher dans la course au titre. Dimanche après-midi, le scénario catastrophe s’est pourtant mis en place. Alors que l’on s’attendait au magnifique soleil de São Paulo, dame nature a livré de fortes averses sur le circuit d’Interlagos, ce qui a contraint la FIA de démarrer la course avec le safety car.

Au bout d’une dizaine de tours, le safety car a quitté le circuit, qui n’était toutefois pas en bonnes conditions. Dans l’ordre, Grosjean, Ericsson et Raikonnen ont dû abandonner la course, avant que la FIA ne déploie le premier des deux drapeaux rouges. Si le premier a logiquement été levé, le deuxième fut l’objet d’une forte contestation du public et de certains pilotes, jugeant que les conditions de la piste s’amélioraient nettement. Au 32ème tour, la FIA a relancé la course, qui n’a dès lors qu’un seul ralentissement lors du 48ème tour, lorsque Felipe Massa a tapé fort dans une montée, ce qui a valu une dernière entrée du safety car. Tout ce jeu d’arrêts et de pauses semble avoir favorisé les Mercedes, puisqu’Hamilton et Rosberg n’ont jamais perdu le contrôle de la course. Les vingt derniers tours auront été spectaculaires, avec une très belle montée au podium de Vertstappen, qui gagnait plusieurs secondes sur chaque pilote.

S’il a souvent été victime du hasard sur la première partie de la saison, Hamilton  pourra bien remercier sa petite étoile qui l’a guidé tout au long de ce Grand-Prix. Cette victoire permet au Britannique de revenir à 12 points de Nico Rosberg, alors qu’il ne reste que le Grand Prix D’Abu Dhabi pour clore cette saison de Formule 1, qui aura été largement dominé par l’écurie Mercedes.

Ricardo Pinto Maia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s