Le Récap’ Sport #8

BNP Paribas Master : Andy Murray sacré, Djokovic détrôné

C’est une révolution dans le monde de la petite balle jaune : Novak Djokovic, maître incontesté du tennis depuis mai 2014, a perdu son trône de n°1 mondial. Grâce à son titre glané à l’ultime Master 1000 de la saison, c’est l’écossais Andy Murray qui règne désormais sur le circuit ATP.

C’était l’un des enjeux principaux de la semaine à Paris Bercy. Tous les yeux étaient rivés sur le duel à distance entre Djokovic et Murray. Le premier, qui détenait la place de numéro 1 mondial depuis 122 semaines (!) se pointait en France sur le déclin avec un seul tournoi remporté depuis son sacre à Rolland Garros. Le second, dans la forme de sa vie, reste sur trois tournois victorieux (Pékin, Shangaï et Vienne) depuis le début du mois d’octobre. Les deux champions parviennent à se hisser en ¼ de finale sans trop d’encombres. Aux portes du dernier carré, Murray le colérique écarte Thomas Berdych, tête de série n°7, en deux manches. De son côté, Djokovic s’effondre en deux sets face au croate Marin Cilic et laisse ainsi une voie royale au Britannique. Assuré de devenir n°1 après l’élimination de son rival, Andy Murray profite du forfait de Raonic en demi-finale pour s’offrir la 12ème finale de sa saison. Face à lui, se dressent les 2m08 de John Isner. Murray se sort du piège tendu par le redoutable serveur américain en trois sets et s’adjuge son 8ème titre en 2016.

A 29 ans, Andy Murray est le deuxième joueur le plus âgé à atteindre cette place du numéro 1 mondial. Arrivé à maturité, physique comme mentale, il sort d’une saison exceptionnelle. Finaliste à Rolland Garros, champion Olympique à Rio, vainqueur de son deuxième Wimbledon, numéro 1 mondial : 2016 est l’année de la consécration. 2017 celle de la confirmation ? L’imprévisible écossais nous l’a prouvé au fil de sa carrière, avec lui on peut s’attendre à tout.

Félix Gabory

Voile – La 8e édition du Vendée Globe est lancée !

Ils étaient 29. 29 skippers, de 10 nationalités différentes, présents sur la ligne de départ de cette édition 2016-2017 du Vendée Globe. Dimanche à 13h02 ils se sont lancés dans cette grande aventure dans des conditions climatiques idéales et sous le regard de plus de 350 000 personnes venues encourager ces sportifs de l’extrême sur la baie des Sables d’Olonne. Certains étaient présents depuis tôt dans la matinée et l’émotion était de plus en plus forte au fur et à mesure que les skippers se préparaient. Pendant 3 mois (idéalement), Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII), Vincent Riou (PRB) ou encore le doyen de cette 7ème édition Rich Wilson (Great American IV) vont affronter l’océan et ses caprices pour un Tour du Monde en solitaire et sans escale de plus de 39000 kilomètres. Le but de ces 29 marins est évidemment de venir à bout de « l’Everest des mers » en franchissant la ligne d’arrivée, toujours aux sables d’Olonne, début 2017. En 2013, François Gabart battait des records en arrivant après 78 jours de mer seulement. Son successeur fera-t-il mieux ?

La liste complète des 29 navigateurs :

  • Jeremy Beyou (FR) : Maitre Coq

  • Tanguy De Lamotte (FR) : Initiatives Coeur

  • Vincent Riou (FR) : PRB

  • Morgan Lagravière (FR) : Safran

  • Armel Le Cléac’h (FR): Banque Populaire VIII

  • Paul Meilhat (FR) : SMA

  • Sébastien Destremau (FR) : Technofirst-faceOcean

  • Eric Bellion (FR) : COMMEUNSEULHOMME

  • Jean-Pierre Dick  (FR): StMichel-Virbac

  • Fabrice Amedeo (FR) : Newrest-Matmut

  • Sébastien Josse (FR) : Edmond de Rothschild

  • Yann Elies (FR) : Quéguiner-Leucémie espoir

  • Thomas Ruyant (FR) : Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine

  • Kito De Pavant (FR) : Bastide Otio

  • Jean Le Cam (FR) : Finistère Mer Vent

  • Bertrand de Broc (FR) : MACSF

  • Louis Burton (FR) : Bureau Vallée

  • Arnaud Boissières (FR) : La Mie Câline

  • Stéphane Le Diraison (FR) : Compagnie du lit-Boulogne Billancourt

  • Romain Attanasio (FR) : Famille Mary-Etamine du Lys

  • Didac Costa ( ESP) : One Planet One Ocean

  • Nandor Fa (HON) : Spirit of Hungary

  • Rich Wilson (USA) : Great American IV

  • Conrad Coleman (USA-AUS) : Foresight Natural Energy

  • Alex Thomson (GB) : Hugo Boss

  • Alan Roura (SUI) : La Fabrique

  • Pieter Heerema (PB) : No Way Back

  • Kojiro Shiraishi (JAP) : Spirit of Yukoh

  • Enda O’Coineen (IRL) : kilcullen Voyager- team Ireland

Laurie Veyrier

Liga Portugaise : Un classico, un vrai !

Tout le monde l’attendait, le grand classico de cette Liga portugaise ! Ce dimanche soir, le FC Porto accueillait le SL Benfica, son éternel rival, dans un match à fort enjeu. Lors de ce match de la 10ème journée du championnat, le FC Porto était deuxième au classement, à cinq points du leader Benfica. L’occasion de revenir à deux longueurs de son grand rival était le grand enjeu du côté des Dragões, qui n’a toutefois pas été accompli. Dans un Estadio do Dragão plein à craquer, le FC Porto entamait son match avec une forte intensité, afin d’imposer son jeu et empêcher son adversaire de sortir de sa moitié de terrain. Sur cette première période, l’objectif fut réussi, avec d’excellentes récupérations de Danilo Pereira et Oliver Torres, et un excellent Otavio qui était constamment au marquage sur Pizzi, le meneur de jeu lisboète. Malgré les quelques occasions créées, l’équipe de Nuno Espirito Santo n’a pas su trouver la faille dans la défense du SL Benfica, qui tenait bon malgré la sortie sur blessure de Luisão (17ème), remplacé par Lisandro Lopez. Les quelques enchaînements vite exécutés du côté des joueurs du FC Porto ne suffisaient pas, les défenseurs centraux du SL Benfica étant très bien épaulés par Nelson Semedo et Samaris, auteurs d’un très grand match. L’équipe de Rui Vitoria n’était clairement pas dans son match, et la mi-temps arrivait au bon moment.

À la mi-temps, le nul était affiché au score, mais il ne dura pas longtemps. À la sortie des vestiaires, le FC Porto débutait sa seconde mi temps à l’image de ce qu’elle avait fait lors des 45 premières minutes, avec un fort pressing et un jeu axé sur la vitesse et la tentative de déséquilibre. Le déclic du match arriva à la 50ème minute, lorsque Diogo Jota, idéalement servi par Corona, dribbla Nelson Semedo avant de placer une belle frappe au premier poteau. Le stade se levait devant l’ouverture du score du FC Porto, plutôt logique si on analyse le contenu du match jusqu’à présent. Le Benfica devait réagir, et à la 59ème minute Rui Vitoria lançait André Horta à la place de Cervi, afin d’apporter plus de présence à son milieu de terrain. Ce choix a fini par fonctionner, notamment dans les vingt dernières minutes, lorsque les lisboètes cherchaient désespérément le match nul.

Face à l’ouverture du score de son équipe, Nuno Espirito Santo a cherché à verrouiller son milieu de terrain, en faisant entrer Ruben Neves à la place de Corona (67ème), puis Miguel Layun à la place d’Oliver Torres (76ème). Cette stratégie a permis au FC Porto de retrouver de l’énergie au pressing, en contrepartie de la présence d’ailiers capables de déséquilibrer et de chercher la balle de 2-0. Le Benfica reprenait ses esprits et tentait quelques combinaisons, avec une capacité d’aller au duel plus importante au milieu avec le duo Pizzi/Horta qui était très intense, et permettait à Benfica se de relancer dans son match. Face au danger imminent, Nuno Espirito Santo a décidé de lancer Herrera dans le match, à la place de Diogo Jota (87ème). Le mexicain restera marqué dans l’histoire de ce match pour la pire des raisons, puisque 4 minutes après son entrée en jeu il offrait un corner à Benfica, suite à un mélange de pinceaux lorsqu’il se trouvait en situation défensive. Sur ce corner, Benfica égalisait, avec une excellente tête placée par Lisandro Lopez (92ème). Le classico se terminait sur ce score de 1-1, qui laisse le FC Porto en deuxième place du championnat, à cinq longueurs du SL Benfica, et ex-æquo avec le Sporting CP, vainqueur de son match contre Arouca (3-0).

Ricardo Pinto Maia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s