I-Télé : L’info en grève

Depuis trois semaines désormais, la chaîne d’information en continu « i-Télé » ne remplit plus réellement sa fonction. En cause : la décision prise par ses salariés de mener une grève contre la gestion de la chaîne et du cas Jean-Marc Morandini.

greve-siege-itele
Crédit: l’express.fr

Entre la direction d’i-Télé et ses salariés, l’information ne circule plus. En ce jour du 3 Novembre, ils ont une nouvelle fois voté la reconduction d’une  grève menée depuis la mi-octobre, sans doute l’une des plus importantes de l’Histoire de la télévision française. Un homme est particulièrement montré du doigt : Vincent Bolloré. Le président de la chaîne avait soutenu à la rentrée la mise à l’antenne de l’animateur Jean-Marc Morandini alors mis en examen pour « Corruption de mineurs aggravée ». Si la présomption d’innocence lui donne le droit de toujours apparaître à la télévision, il est évident que les conséquences pour la chaîne n’allaient pas être vaines. Et V.Bolloré ne s’attendait peut-être pas à cela…

Morandini, l’arbre qui cache la forêt

Si vous ne voyez plus de journalistes à l’antenne de la chaîne, ils ne sont pourtant pas très loin. En effet, des manifestations devant le siège de la chaîne ont lieu depuis plusieurs jours. Et le retrait de Morandini est loin d’être la seule revendication faite par les grévistes. Ils souhaitent également la mise en place d’une charte éthique et la nomination d’un directeur de rédaction autre que Serge Nedjar, directeur général. Son arrivée avait entraîné la démission d’Alexandre Ifi (rédacteur en chef) le 17 Octobre.

De plus, les salariés demandent un éclairage précis sur le projet de la chaîne. La ligne éditoriale se dirigerait vers « moins d’informations pour plus de divertissement ». Celle qui doit changer de nom pour devenir « C-News » perdrait alors un peu de son identité. L’idée est loin d’être acceptée par ceux qui y travaillent. La question est alors la suivante : que fabrique Vincent Bolloré ? L’incompréhension autour de son soutien apporté à Jean-Marc Morandini et sa gestion médiocre de la situation posent question. Surtout qu’il a également décidé de faire déménager les locaux de Direct Matin dans ceux d’i-Télé provoquant de nouveau la colère de personnes dont l’avis semble peu lui importer. Sens du business ? Volonté de toujours gagner plus d’argent ? (la chaîne en a beaucoup perdu cette année). Si les négociations doivent reprendre dans les prochains jours entre grévistes et direction, la cohabitation semble de plus en plus compliquée.

Face aux difficultés, le soutien de la profession

Une telle situation ne pouvait pas être sans conséquences. Depuis la rentrée, les démissions se multiplient dans la désolation générale. Dernier en date, le départ d’Amandine Bégot, après 7 ans d’antenne (elle animait également la tranche de 17-19h). Avant elle, Olivier Ravanello, chroniqueur spécialiste des relations internationales, et Alexandre Ifi qui estimait ne plus pouvoir faire son travail, avaient aussi choisi de quitter la chaîne, à regret. Si la grève perdure, il est fort probable que d’autres les suivent.

tweet-amandineb
Crédit: Compte Twitter Amandine Bégot

Mais la citation « le malheur des uns fait le bonheur des autres » prend tout son sens dans le cas de la grève d’i-Télé. Il est évident que le remplacement de programmes inédits par des rediffusions de reportages entraîne une chute des audiences inéluctable, profitant aux chaînes d’informations concurrentes comme BFM TV ou LCI, qui ont toutes deux augmenté leurs audiences sur le mois d’Octobre (hausse de 0,2 points sur un mois pour BFM. LCI a, quant à elle, enregistré un record d’audience de 0,4 points de part d’audience)

Face à une telle situation, les messages d’encouragement se multiplient sur les réseaux sociaux. Avec le hashtag « #JeSoutiensItélé », journalistes et autres personnalités médiatiques adressent leurs pensées à leurs homologues : Bruce Toussaint, Yann Barthes, Roselyne Bachelot, ils sont nombreux à s’exprimer à la télévision ou sur Twitter. Sans oublier ceux qui se mobilisent devant les locaux de la chaîne. Ce jeudi soir sera tout de même diffusé le second débat des primaires. Décision prise pour permettre aux téléspectateurs de suivre ce « moment important de la vie démocratique ». Une trêve, qui, comme l’information, semble bien éphémère.

 Laurie Veyrier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s