Le Récap’ Sport #1

Comme chaque début de semaine, le N’info met en lumière les événements sportifs marquants du week-end. Si tu étais terré dans une grotte après un samedi un peu trop arrosé ou bien que ta mère squattait la télévision pour son feuilleton argentin improbable, tes dévoués rédacteurs t’offrent une séance de rattrapage.

Ligue 1 : Cavani se fâche, Monaco impressionne, Bordeaux trébuche.

Alors qu’il cristallisait les critiques depuis plusieurs matchs, Edinson Cavani a passé ses nerfs sur de pauvres caennais vendredi soir. Symbole d’un Paris Saint Germain loin de ses standards de domination habituels en ligue 1 (2 victoires, 1 nul et 1 défaite) avant le déplacement dans le Calvados), l’attaquant Uruguayen était devenu la cible des critiques les plus acerbes. Pointé du doigt pour son manque de réalisme devant le but (notamment mercredi dernier contre Arsenal en Ligue des champions), Cavani s’est énervé : un quadruplé express pour mettre Paris en orbite (4-0 à la pause) et offrir au club de la capitale une démonstration rassurante (6-0 au coup de sifflet final). L’automne pointe le bout de son nez, la saison des vendanges est terminée.

Leader provisoire après sa victoire en ouverture de la 5ème journée, le Paris Saint Germain a dû laisser sa place sur le trône de la ligue 1 aux Monégasques. Les joueurs de la principauté, épatants depuis le début de saison, se sont offert une nouvelle victoire samedi après-midi contre le Stade Rennais. (3-0). Mercredi, Monaco se déplacera chez son dauphin Nice (qui a arraché le match nul à Montpellier) pour le match au sommet de la 6ème journée. Pour sa part, Bordeaux n’a pas su fructifier sa victoire à Lyon la semaine dernière et s’est fait surprendre à domicile par Angers (0-1). Les girondins laissent filer une occasion de s’installer tout en haut du championnat. Le choc tant attendu entre Marseille et Lyon a lui accouché d’une souris (0-0).

Tennis : L’équipe de France dévisse

Encore raté ! Cette année ne sera pas la bonne. Balayée en demi-finale de Coupe Davis par la Croatie, la bande à Noah voit s’effondrer ses rêves de titre. Voilà maintenant 15 ans que la France court après son 10ème saladier d’argent. Le retour de Yannick Noah à la tête des bleus n’aura donc pas eu l’effet escompté. Arrivé comme le sauveur en début d’année, celui qui a déjà offert deux titres à la France en tant que capitaine (1991 et 1996) n’est pas parvenu à envoyer les bleus en finale. Avant même le premier simple du vendredi après-midi, Yannick Noah avait dû faire face au forfait de dernière minute de Gaël Monfils, récent demi-finaliste à l’US Open. La perte de notre numéro 1 et surtout la polémique autour de sa blessure ne présageaient rien de bon.

C’est pourtant bien Richard Gasquet qui offrit le premier point à la France (3 sets 0 contre Borna Coric). Mais la suite du week-end fût une démonstration de force des croates et surtout de leur numéro 1, Marin Cilic. Le vainqueur de l’US open 2014 a écœuré les français : 3 sets à 1 face à Lucas Pouille vendredi, même score contre la paire Mahut-Hebert –pourtant n°1 mondiaux- en double samedi (il composait la paire croate avec Dodig). Dimanche, il remporta le troisième point décisif contre Richard Gasquet (3 manches à rien). Merci, au revoir. La Croatie avait ce qu’il manque cruellement à la France depuis des années : ce top player capable d’offrir trois victoires à son pays. Malheureusement, Yannick Noah n’est pas un faiseur de miracle, il ne peut pas transformer les Monfils, Tsonga ou Gasquet en ce qu’ils ne sont pas : de très grands champions.

Clap de fin pour les jeux paralympiques

Ce dimanche marquait la fin des jeux paralympiques de Rio. Que retenir de cette édition ? Du positif, en grande partie. L’absence des athlètes russes pour cause de dopage ou les graves soucis financiers autour de l’organisation de ces jeux paralympiques (l’organisation avait été obligée de demander 41 millions d’euros au gouvernement fédéral à la dernière minute) ont laissé place à la grande fête tant espérée. Bien entendu, les stades étaient clairsemés, preuve de l’immense fossé entre les valides et les paralympiques. Mais la couverture médiatique fût à la hauteur, signe que la grande messe du handisport est reconnu comme un grand événement sportif à part entière. Sur le terrain, les sportifs n’ont pas déçu : pas moins de 200 records du monde battus lors des 11 jours de compétition. Sur le plan des médailles c’est la Chine qui termine première nation avec ses 239 breloques ( !) dont 107 en or.

Suivent ensuite la grande Bretagne (147 médailles, 64 en or) puis l’Ukraine (117/41). Il faut descendre au pied du podium de ce classement des médailles pour trouver les États-Unis (4ème), bien moins à l’aise chez les handisports que chez les valides… Et la France dans tout ça ? Notre belle délégation comptabilise 28 médailles dont 9 en or (12ème du classement des médailles). Le total est bien plus maigre qu’à Londres en 2012 (45 breloques glanées), mais les athlètes français ont ramené un titre de plus qu’il y a 4 ans. Au-delà des résultats comptables, les instances paralympiques françaises se sont félicitées de l’ambiance qui régnait au sein du groupe. Marie-Amélie Le Fur restera LA star de ces jeux avec trois titres glanés et deux records du monde (sur 400m et en saut en longueur). Chapeau bas !

Félix Gabory

Premier League : United decevant, Guardiola toujours plus leader, et des Reds relancés

Ce week-end de Premier League était à suivre de très près. Lors du premier match de cette fin de semaine, Chelsea recevait son rival Liverpool, dans un match réunissant deux équipes au début de saison assez mitigé. Avec un total de dix points en quatre matchs, les hommes d’Antonio Conte débutaient leur saison quasiment de la meilleure façon, contrairement aux Reds qui eux n’en comptabilisaient que sept. Contre toute attente, ce sont bel et bien les hommes de Jurgen Klopp qui se sont imposés sur le score de 1-2, en pleine pelouse de Stamford Bridge, et qui ont profité de ce match pour revenir à la sixième place du championnat. Dans une autre situation se trouvait le leader Manchester City, au début de saison parfait, qui recevait Bournemouth (17ème). Sans grande surprise, les Citizens se sont imposés sur le score de 4-0, avec un jeu de plus en plus à l’image de leur entraîneur Pep Guardiola.

Manchester City continue premier, avec désormais deux longueurs d’avance sur Everton, vainqueur de son match contre Middlesbrough (3-1). La grande surprise du week-end aura donc été le match de Watford contre Manchester United, qui s’est terminé par une troisième défaite de l’équipe de José Mourinho (3-1), la troisième en une semaine. Très attendu, ce match n’aura donc pas permis à United de se relancer après ses défaites en Premier League et en Ligue Europa. Pire encore, les supporters des Red Devils semblent s’impatienter, voyant leur équipe creuser une distance avec Manchester City. Avec un jeu très décousu et (trop) prévisible, United n’a pas su se procurer des occasions claires de but, face à une équipe de Watford qui a fait preuve d’un grand réalisme. José Mourinho réussira-t-il à remettre son équipe sur le droit chemin ? Le match de samedi contre le champion en titre Leicester est peut-être l’occasion parfaite.

Formule 1, Grand Prix de Singapour : Nico Rosberg, nouvel leader d’un championnat trop attendu ?

C’est au terme d’une course sans fautes que Nico Rosberg s’est imposé sur le circuit de Singapour, devant Ricchiardo (2e) et Lewis Hamilton (3e). Avec des performances très régulières, Rosberg a su maintenir son écart face à Ricchiardo, à qui on ne peut pas reprocher de ne pas avoir attaqué. Sebastian Vettel, autre candidat au titre de champion du monde, débutait dernier de cette course, après avoir écopé d’une pénalité de 25 places pour changement de boîte de vitesses et de groupe propulseur. L’allemand finira cinquième de cette course, juste derrière son coéquipier Kimi Raïkönnen, qui est parvenu à dépasser Hamilton mais qui a été forcé à s’arrêter par la scuderia Ferrari, malgré sa volonté de terminer la course avec le même jeu de pneus. Le moment du jour aura été la présence d’un commissaire de piste en plein milieu du circuit lors du troisième tour du Grand Prix de Singapour. Venu ramasser un débris sur la piste, le commissaire a du courir pour éviter d’être percuté par la Mercedes de Nico Rosberg et la meute de voitures qui le suivaient. Un drame aurait pu avoir lieu, suite à une (nouvelle) erreur humaine. Plus de peur que de mal sur cette course, qui a permis à Rosberg de prendre la tête du classement, avec 273 points, soit 8 de plus que son coéquipier Lewis Hamilton et 94 (!) de plus que Daniel Ricciardo. Rendez-vous dans deux semaines, pour le Grand Prix de Malaisie.

Ricardo Pinto Maia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s