L’Evangile de Loki (Loki’s Gospel), de Joanne Harris

 

Remis au goût du jour par les comics Marvel et leurs adaptations cinématographiques, les personnages de Thor et Loki ont acquis une forme de notoriété qu’ils n’avaient jamais eue jusqu’ici. C’est cette notoriété qui permet aujourd’hui de voir ces dieux antiques sous différentes formes à mesure que les artistes s’approprient leur histoire pour en faire quelque chose de nouveau.

Un point de vue original

Issus de la mythologie nordique, ils apparaissent pour la première fois dans L’Edda de Snorri Sturluson, qui rassemble les différentes légendes de la mythologie nordique, de la création de l’univers au Ragnarök, le Crépuscule des Dieux. Cependant, comme c’est le cas dans beaucoup d’œuvres séculaires, la forme de poésie ancienne dont Sturluson s’est servi pour rédiger les mythes et légendes de son peuple ne rend pas sa lecture aisée, bien que son œuvre soit riche en informations.

C’est à la fois dans sa retranscription moderne, bien plus aisée à comprendre, et dans son point de vue unique, que l’œuvre de Joanne Harris se démarque. L’Evangile de Loki narre en effet les mêmes récits épiques que L’Edda, mais du point de vue de l’un de ses principaux antagonistes : Loki, le dieu farceur. C’est à travers un point de vue interne que Joanne Harris nous livre la Lokabrenna (une autre manière de désigner le récit de l’Edda fait par Loki). Le sarcasme de Loki, présent dès les premières lignes, nous offre un point de vue nouveau sur des récits venus des siècles passés : « D’accord. On arrête. Tout de suite. Ça, c’est la Version Autorisée. ».

Loki le farceur

Grâce au sens de l’autodérision du dieu, ainsi qu’à son ton moqueur et sarcastique, Joanne Harris est parvenue à un résultat inattendu et fascinant : les dieux sont déchus de leur grandeur mythique pour n’en paraître que plus humains, permettant à Loki de se tenir sous les feux de la rampe. Ce ne sont dès lors plus des récits de combats épiques qui font le devant de la scène, mais l’histoire du dieu trompeur qui, trompé lui-même, doit alors faire face au monde sans pitié des Ases. Ses « farces », que les dieux n’apprécient guère, et leurs conséquences donnent au récit un ton plus léger, mêlant adroitement les inquiétudes de Loki dont le ton se fait plus grave à mesure qu’il approche du Crépuscule des Dieux, et un humour mordant pour obtenir un récit à la fois déjà connu et pourtant entièrement nouveau.

Une histore biaisée

L’« humble narrateur » qu’est Loki donne cependant une vision biaisée du récit de L’Edda, se présentant souvent comme la victime des dieux – quand bien même il ne doit qu’à lui-même ses ennuis. Cette mauvaise foi est un écho intéressant aux récits originels : comme on le dit bien souvent, ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire, et les mythes n’y dérogent pas. L’ensemble formé par L’Edda et L’Evangile de Loki permettent une vision d’ensemble où nul n’est parfait, que ce soit en bien ou en mal, et où les dieux montrent leur comportement et mentalité étrangement humains. Le Loki présenté par Joanne Harris dévoile les tromperies et travers des dieux sans tenter de les atténuer, mais L’Edda nous permet de nous rappeler qui est vraiment Loki : le « Trompeur ». Il le rappelle d’ailleurs lui-même, il n’est pas digne de confiance – toutefois, il soulève un point intéressant : les dieux sont-ils plus dignes de confiance que lui ?

« Et c’est d’après le récit qu’il en fit que ces histoires se transmirent de génération en génération », ainsi se termine L’Edda, nous rappelant à la fois la tradition orale de ces récits, mais également l’idée importante soulignée par Joanne Harris : c’est le narrateur qui fait l’histoire en choisissant, consciemment ou non, quels éléments accentuer et lesquels enlever.

Bibliographie :

L’Evangile de Loki, Joanne Harris – Traduit de l’anglais par Laurent Philibert-Caillat.

L’Edda – Récits de mythologie nordique, Snorri Sturluson – Traduit du vieil islandais, introduit et annoté par François-Xavier Dillmann.

Roxane Martin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s