L’hymne de la discorde

Du poing levé mondialement célèbre des Black Panthers aux JO de Mexico contre la ségrégation raciale américaine au genou à terre de Colin Kaepernick dénoncant les violences policières ayant meurtri la communauté noire ces dernières années, il n’y a qu’un pas vers l’hymne de la discorde. 

Un sport au sommet

Pour une nation jeune telle que États-Unis – à l’échelle du monde, 240 ans c’est très jeune – la cohésion nationale et le patriotisme constituent une figure de proue pour un pays déjà ravagé par une guerre civile intense et éprouvante. Cette cohésion nationale se retrouve intrinsèquement dans le sport et peut-être plus intensément encore dans le football américain. Un sport où les braves peuvent créer des exploits mémorables, tout en risquant beaucoup. Une étude de l’université de Boston réalisée en septembre 2015, relayée par France TV sport, indiquait que 96 % des retraités de la NFL souffraient d’une affection cérébrale au moment de leur décès. Plus alarmante encore, l’Equipe nous révélait en avril 2016, qu’une étude indique que 43 % des retraités montreraient des signes de commotions cérébrales qui peuvent se révéler fatales. Ce fut le cas lors d’un mois d’octobre 2015 particulièrement mortel où quatre lycéens décédèrent, dont deux des suites d’un choc à la tête. Peut-être est-ce cette dimension tragique qui exacerbe un peu plus le déchaînement de passion des américains pour ce sport très souvent comparé aux gladiateurs de l’antiquité. La NFL – la ligue de football américain et par la même occasion la ligue la plus riche du monde avec près de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires la saison dernière – en plein tourment et accusée de toutes parts, notamment dans le film « Seul contre tous » sorti en mars dernier, a décidé de prendre les devants pour la saison à venir. Ils tentent de réduire les retours de bottés de reprise – qui exposent particulièrement les joueurs à des chocs frontaux violents –, en avançant de cinq verges jusqu’à la ligne des 25. Une décision d’ores et déjà contestée.

Un homme face à une nation

NFL: Preseason-San Francisco 49ers at San Diego Chargers
Une fan des San Diego Chargers envoie un message à Colin Kaepernick /Orlando Ramirez – USA TODAY SPORTS

Après un super bowl réussi en terme d’audiences avec 111,9 millions d’américains devant leur poste, soit près du tiers de la population totale, les américains n’avaient qu’une hâte : la reprise de la saison qui débutera demain. Seulement cette année, la donne a changé et la pré-saison fait beaucoup plus parler. En effet, le quarterback des San Francisco 49ers Colin Kaepernick fait le buzz depuis deux semaines en boycottant l’hymne américain qui résonne dans chaque stade avant le début de la rencontre. La tradition voulant que chaque spectateur et chaque joueur se lève, la main sur le cœur pour entonner la bannière étoilée, Colin Kaepernick a décidé de plier le genou en signe de contestation des violences policières et de l’oppression de la communauté afro-américaine. Un geste que les spectateurs de San Diego n’ont pas du tout apprécié jeudi dernier, où il fut copieusement sifflé. Il avait déclaré plus tôt : « Je ne vais pas afficher de fierté pour un drapeau qui opprime les noirs », en ajoutant ensuite « [qu’]il y a des cadavres dans les rues et des meurtriers qui s’en tirent avec les congés payés ». Beaucoup de spectateurs se sont empressés de brûler son maillot, et cet événement est très vite devenu une affaire d’état. Donald Trump s’est empressé de sauter sur l’occasion sur les ondes de KIRO Radio en l’invitant à « trouver un pays qui lui convient mieux. Laissez-le essayer, il n’y arrivera pas ». Même si son club lui a donné son soutien « Nous reconnaissons le droit à tout individu de choisir de participer, ou non, à la célébration de notre hymne national », il est acculé de toutes parts. L’association des Policiers de Santa Clara qui couvre les matchs à domicile, aurait envoyé une lettre au club lui incitant à prendre des sanctions envers le joueur, auquel cas les policiers boycotteraient les rencontres. Dans un ton quelque peu schizophrène, Chip Kelly, l’entraîneur du club, déclara lors de l’annonce officielle des effectifs à propos de Kaepernick « [qu’]il n’est pas au niveau de jeu dans lequel il était quand il a réussi ici » et que Blaine Gabbert serait le titulaire à son poste – qu’il occupait depuis son arrivée en 2011. Pire encore, des pressions externes intenses pourraient remettre en cause l’intégration même de Colin dans l’effectif, à un moment où les franchises doivent dégraisser.

Des soutiens de poids

jeremylane-1560x1104
Le cornerback Jeremy Lane des Seattle Seahawks imite Kaepernick en restant assis lors de l’hymne national le jeudi 1er septembre, à l’occasion d’un match de pré-saison face aux Oakland Raiders / AP Photo/Ttony Avelar

Dans la crispation et la haine que Colin Kaepernick reçoit, se trouve également de nombreux soutiens et messages d’amour ou d’espoir envers une lutte qui ne cesse de diviser le pays depuis quelques années déjà, pour laquelle des pontes du sport tels que Dwayne Wade ou Lebron James se sont déjà positionné ouvertement. De nombreux athlètes le soutiennent sur la scène médiatique – on retrouve entre autres Jim Brown du NFL Hall of Fame et la légende vivante du Basketball Kareem Abdul-Jabar. Le soutien des sportifs professionnels ne s’arrête pas là, puisque Eric Reid, un de ses coéquipiers noir lui a enjoint le pas lors du match face à San Diego, rejoint par Jeremy Lane des Seattle Seahawks qui s’est quand à lui assis lors de l’hymne national. La footballeuse professionnelle Megan Rapinoe, ancienne joueuse de l’Olympique Lyonnais qui joue aujourd’hui à Seattle, s’est elle aussi engagée en mettant un genou à terre pour soutenir sa démarche. Elle déclara : « C’est vraiment dégoûtant la façon dont il a été traité, la façon dont les médias ont traité cette affaire et ont donné cette affaire une signification qu’elle n’avait pas ». Un soutien qui pourrait bien donner une nouvelle dimension à cette lutte, d’abord car elle est blanche et qu’elle invite plus de personnes blanches à rejoindre ce combat pour les gens de couleur, mais aussi car elle est ouvertement homosexuelle et déclare à ce sujet « je sais ce que veut dire regarder le drapeau américain en étant consciente qu’il ne protège pas toutes les libertés ». Barack Obama en personne lui a donné son soutien à la maison blanche en déclarant « [qu’]il exerce son droit constitutionnel » et « [qu’]il s’intéresse à un problème légitime qui mérite discussion » avant d’ajouter préférer voir de jeunes personnes engagées dans le débat plutôt que des personnes passives. Enfin, le nombre de maillots vendus du joueur aurait également explosé selon TOUCHDOWNactu.com. En effet, il aurait atteint la deuxième place du classement des maillots les plus vendus sur le NFL Shop hier. Des bénéfices qu’il compte faire parvenir à des associations d’aide aux quartiers difficiles auxquelles il a promis un million de dollars.

Romain Ethuin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s