Le débat de bistro

Triste constat que d’observer les contours d’un débat public stéréotypé où la nuance n’a pas sa place. Triste constat que d’observer certains acteurs publics – et notamment des élus – qui ont décidé de passer de la langue de bois au grand n’importe quoi. Le fameux culte du moins pensant semble s’ être intégré à la sphère médiatique. Décryptage d’un problème plus profond qu’il n’y paraît.

Dernier événement en date

La France est un pays de race blanche. Je dois dire que cela fait bien longtemps que je n’ai pas entendu une telle connerie à la télévision, et pourtant il m’est déjà arrivé de me perdre dans les méandres de la télévision. Le plus effrayant étant que ces mots soient sortis de la bouche d’une élue européenne, ancienne ministre. Une phrase qui pourtant nous fait douter de son passage du CM2 à la 6ème, de l’ombre à la lumière, de la stupidité, de la déficience à l’intelligence. Qu’est ce que cela implique ? La France est un pays de tradition judéo-chrétienne, c’est De Gaulle qui le dit ! Tu as compris toi le migrant musulman – puisque cela me paraît évident que tu sois un islamiste salafiste intégriste – tu ne feras pas plier ma France. Ma France de race blanche – termes qui au passage remontent aux temps de l’esclavage et de la colonisation – ce qui implique que toi le métisse, toi le basané, toi l’arabe, tu ne fais pas partie de ma France. Tu n’es qu’un citoyen de seconde zone. Ma France profondément catholique mais qui tient à sa fermeté laïque pour que la France ne devienne pas musulmane, car c’est bien entendu incompatible à la République. Toi le réfugié, le SDF qui salit Paris (cf. Déclaration de Nadine Morano), tu n’es pas le bienvenu. Décidément elle en dit pas mal des conneries Nadine. Mais attention pas d’amalgame, je refuse d’affirmer que la porosité entre Les Républicains et le FN – on se demande d’ailleurs parfois quel parti se situe à la droite de l’autre – soit une réalité.

Le culte du moins pensant

Si l’on pouvait se plaindre du discours politiquement correct dans la sphère médiatique et notamment de certains discours trop technocratiques vis à vis du spectateur de base, force est de constater que ce n’est plus le cas. Non, désormais ce serait plutôt de dire des conneries à longueur de journée, de faire le buzz, du débat de bistro, du débat de pacotille pour que le spectateur soit bien conscient des enjeux. Au lieu d’élever les consciences, les médias préfèrent redescendre au niveau du moins pensant, c’est plus vendeur. Il est important que le spectateur ne s’ ennuie pas face à l’information. L’audience prévaut. Le décalage est tel que l’information ne garantie plus le degré informationnel mais plutôt le divertissement, le spectaculaire, le bruit en fond de table. L’important est de savoir ce qui se passe dans le monde et non de penser ce qui se passe dans le monde. Le gavage d’informations – symptomatique des JT d’infos en continu – fait que nous savons à peu près ce qu’il se passe, on décrypte à peu près l’actualité, tout n’est qu’une question de semblant, on fait semblant d’être informés, on donne deux-trois commentaires puis on passe à autre chose. Les politiques suivent le même raisonnement. La communication est devenue la fonction numéro une. On communique avant d’agir. À grand coups de populisme, d’électoralisme, de clientélisme, tout n’est qu’une question de séduction. Bizarrement, de nombreuses promesses électorales ne sont pas respectées.

A toi de jouer !

Voilà, maintenant que tu connais à peu près les enjeux, maintenant que les messages ont bien été communiqués, c’est à toi de jouer. C’est à toi de donner ton avis, ton avis nous intéresse, ton avis intéresse tout le monde ! Commente, tweete, participe à ce spectacle, fais vivre l’information. Et surtout n’hésite pas à consulter toutes les sources que tu pourras glaner. Elles ont absolument toutes la même valeur. Tout ce qui passe sur Internet, tout ce que tu pourras citer de la télévision à radio est vrai. C’est vrai, tout est vrai, tu n’as même pas à te poser la question. Tu n’as même pas besoin d’avoir un esprit critique vis à vis de ce que tu vois ou que tu entends. Et n’oublie pas de relever les arguments des autres qui pensent comme toi, car l’union fait la force. On dit que, j’ai vu que, j’ai entendu que… Combien ne vérifient pas leurs sources ? Combien font marcher les clichés dans leur argumentaire ? Un exemple type: « La gauche m’a tuer », premier média d’opinion de droite. Un blog qui, bien loin de la déontologie à laquelle chaque média devrait se soumettre, joue sur les peurs des gens. Ils alimentent la menace, poussent au conservatisme – on en revient aux valeurs judéo-chrétiennes. Un média qui n’hésite pas, dans le style le plus nauséabond, à mentir, à trafiquer, à sortir les informations de leur contexte pour contribuer à un climat général de complotisme populiste. Toi l’audience, ce chiffre parmi tant d’autres, ne tombe pas dans la facilité. Prouve que tu es plus qu’un chiffre, pense !

Chronique de Romain Ethuin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s