Ring a ding ding baby

Le lundi 15 juin à 4h – heure locale – Bethesda Softworks mettait les petits plats dans les grands, en diffusant une conférence inédite en amont de l’E3. Un événement ô combien justifié par deux jeux particulièrement attendus de la communauté des joueurs – et c’est un euphémisme. Alors que doit-on retenir ?

Du multijoueur en ligne… et Dishonored 2 aussi

Même si ces annonces sont passées quelque peu au second plan, d’ailleurs hormis Raphaël Colantonio et Harvey Smith – co-créateurs de la jeune franchise Dishonored – aucun représentant de Battlecry ni de The Elder Scrolls Online ne daignera présenter son jeu sur scène; elles n’en demeurent pas moins intéressantes. Dishonored tout d’abord qui fut un grand cru de 2012 avec un excellent accueil, tant pour la presse que pour les joueurs. Les chiffres de ventes furent encourageants pour une nouvelle licence, même si le jeu ne trusta pas les premières places face à autant de concurrence cette année-là – à noter les sorties très attendues d’Assassin’s Creed 3 et de Diablo 3. Avec ce second épisode et un trailer plutôt réussi – introduisant au passage un nouveau personnage jouable féminin – la licence est bien partie pour mûrir et se faire une place au soleil. Peut-être pourra-t-elle suivre la trajectoire de The Elder Scrolls qui depuis 21 ans déjà, enchante les amateurs de donjons et dragons qui auront désormais la possibilité de se ballader à plusieurs sur le continent de Tamriel. Enfin, Battlecry vient concurrencer le milieu déjà garni des MOBA avec un style steampunk rétro-futuriste assez rafraîchissant.

Demons, Guts and Guns

Il est difficile de mettre des mots sur ce que Doom représente dans le coeur des joueurs des années 1990. Avec un premier épisode sorti en 1993, Doom arrive, non pas comme un pavé dans la mare, mais bien comme une météorite. Ce jeu révolutionna le monde du jeu vidéo, tant par l’introduction de la 3D immersive que par la démocratisation du FPS et du death match en ligne , ou encore de par son ambiance de bourrinade à la bonne franquette et sans préliminaires. Peu de jeux peuvent se targuer d’avoir émis une sous-culture et Doom en fait partie. Seulement il aura fallu 11 ans d’attente pour que le projet Doom 4, dont la communauté s’était résignée à ce qu’il ne voit jamais le jour, refasse surface. Et les premières images du jeu dévoilées durant la conférence ont probablement dû provoquer quelques infarctus dans son sillage. Le gameplay se révèle être particulièrement intense, bourrin et gore comme on en fait plus aujourd’hui. L’identité de Doom semble préservée et il est extrêmement jouissif de profiter de ce genre de jeu en 2015. Que ce soit avec un fusil à pompe, au bazooka ou encore à la tronçonneuse, vous aurez votre quota de sang et de tripes. On retiendra notamment les animations plutôt réussies – quoiqu’un peu répétitives – et notamment celle du game over ! Au delà du solo, Doom sera également accompagné d’un mode coopératif à base de manches de survie ou de deathmatch, ainsi qu’un mode online bien nerveux aux mécaniques de jeu standardisées malgré quelques légères innovations. Les joueurs pourront également profiter d’une Snapmap qui n’est autre qu’un éditeur d’arènes bien attrayant.

Game of the century Edition

Sans surprise, l’événement le plus attendu de la soirée n’est autre que Fallout 4. Après un excellent trailer confirmant enfin l’existence officielle – déjà fortement présumée – du quatrième opus de la série, les fans n’attendaient qu’une chose: les premières images du jeu. On peut dire que Bethesda a largement comblé leurs attentes, puisque ce sont près de 20 minutes de gameplay qui s’offrent à nous pour admirer toutes les nouveautés du jeu. Au vu de la panoplie démontrée, on peut déjà s’attendre à du lourd, du très lourd. Au delà de la remasterisation des graphismes dont il était enfin temps de s’occuper, on découvre un monde ouvert aux possibilités infinies. Le système de dialogue reste le même qu’auparavant, plusieurs choix s’offrent à nous, nous laissant enfin profiter d’une voix pour parler. On appréciera aussi les déplacements en vertiptères. Suite logique de Fallout 3, il est laissé au joueur la liberté d’évoluer à la 1ère ou à la 3ème personne à sa guise. Le V.A.T.S. se paie une cure de jouvence avec des animations en slow-motion plus maîtrisées et une physique des ennemis plus réaliste.

Désormais votre ami à quatre pattes peut se déplacer à votre guise à des points bien précis dictés par le joueur. Enfin LA véritable innovation se retranscrit dans la refonte complète du système de crafting limité de Fallout 3. Fini les tasses de thé ou les planetoscopes inutiles, désormais ceux-ci pourront contribuer à vous forger votre véritable forteresse avec tourelles et tout le tralala. Ils pourront aussi être utilisés dans la confection et l’amélioration d’armes et armures, offrant des possibilités d’associations très variées. Enfin Todd Howard – directeur de Bethesda Game studios – offrit d’autres belles surprises aux joueurs. D’abord la date de sortie: le 10 novembre 2015. Mais aussi l’introduction d’un jeu gratuit sur l’app store: Fallout Shelters, dont je vous recommande l’essai. Enfin et – il s’agira probablement d’un objet collector très bientôt – une montre pip-boy grandeur nature magnifique, accompagnée d’une application. Eh oui vous l’aurez compris, il vous suffira d’insérer votre téléphone à l’intérieur et vous vous retrouverez avec un véritable pip-boy et son interface mythique. Splendide.

Romain Ethuin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s