Hommage à Charlie Hebdo

Aujourd’hui, 7 janvier 2015, est un jour qui restera gravé dans la mémoire, et la chair de la France. Le pays pleure suite au plus horrible attentat qu’il a connu depuis 50 ans : 12 morts à Paris suite à une attaque à l’arme lourde par deux terroristes sur les locaux du journal hebdomadaire Charlie Hebdo. Parmi les victimes, deux policiers, un homme percuté durant la course-poursuite qui a suivi, et quatre journalistes : Charb, patron de Charlie Hebdo, et Cabu, Wolinski et Tignous, célèbres dessinateurs satiriques. Cet article, larme supplémentaire coulant sur la joue de l’humanité,  est d’abord dédié à chacune des victimes et à leur famille, comme marque de respect et de compassion. Mais il est aussi un cri de rage et de tristesse.

Au plus profond de ce bain de sang, coulé par une violence aveugle et gratuite, se trouve une symbolique forte, qui fait trembler jusqu’aux fondements de notre Pays. En plus de vies humaines innocentes froidement enlevées, c’est la liberté d’expression, pilier de la république, qui a été poignardée en plein cœur aujourd’hui. Cet acte terroriste n’était en fait pas si aveugle, et était même particulièrement ciblé : Charlie Hebdo utilisait pleinement la liberté d’expression, se moquant satiriquement de sujets très sensibles et qui attisent la haine de communautés bien particulières : la religion, entre autre. Souvent menacé, mais n’ayant jamais flanché, Charlie Hebdo savait user de l’humour satirique pour nous faire pleurer de rire et n’abandonna jamais sa liberté d’expression, jusqu’à en faire son identité propre. Une identité qui a ainsi coûté la vie à plusieurs de ses membres. Il incombe désormais à l’Etat de retrouver les terroristes, nouveaux ennemis numéros 1 du Pays, et à les mettre à genoux devant la Justice et le peuple français, pour le massacre de vies humaines mais aussi pour cette attaque envers la liberté.

Aujourd’hui, c’est en martyrs et en héros de la liberté d’expression que se posent Charb, Cabu, Tignous, Wolinski, et les autres victimes de cet attentat. La France est en deuil, mais de l’horreur naît l’espoir : des manifestations se forment partout et le peuple montre sa solidarité et ses pensées envers les victimes. Par ces réunions, c’est aussi la force de notre pays qui s’exprime, qui dit Non à cette violence et qui prouve que, malgré cette attaque envers la liberté, rien ne sera abandonné.

« C’est l’encre qui doit couler. Pas le sang. ».

Hommage aux familles et aux victimes de cet attentat.

Julian Bacabara

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s