Rodrigo y Gabriela, quand musique rime avec convivialité

Vendredi 12 décembre, le groupe Rodrigo y Gabriela était à la Médoquine pour la dernière date française de sa nouvelle tournée. Connus pour leur générosité et leur simplicité, ces virtuoses de la guitare sont restés fidèles à leur réputation. Pas de chansons imposées, avec eux chaque concert est unique. Les deux Mexicains ont navigué à leur gré, et à celui du public, entre morceaux de leur nouvel album 9 Dead Alive, classiques qui ont fait leur succès et reprises improvisées. L’ambiance était au-rendez-vous, dans la salle comme sur scène…Récit-recette d’une soirée bien rentabilisée.

Étape 1 : S’assurer d’avoir une place au premier rang

Arriver deux heures à l’avance dans l’espoir d’avoir une place au premier rang. Constater que tu n’es pas la seule à avoir eu l’idée. Attendre dans le froid. Papoter, regarder l’heure, boire un coup, papoter. Attendre encore, jusqu’à ce que la Médoquine veuille bien ouvrir ses portes. Épier le staff en train de déplacer les barrières de l’entrée. Cacher ton sandwich sous ton manteau au cas où la nourriture ne serait pas autorisée. S’avancer, se faire fouiller en espérant que le précieux paquet ne tombe pas entre tes pieds. Entrer, tout sourire. Arriver effectivement à être au premier rang et se dire que l’attente dans le froid, c’était du gâteau. Se rendre compte que tout le monde a pu entrer (légalement) avec son sandwich. Attendre encore en grignotant.

Étape 2 : Être agréablement surpris par Shake Shake Go

19h45, les lumières baissent, la foule frémit. S’attendre à voir Rodrigo y Gabriela (aucune première partie n’avait été annoncée lors de l’achat des billets). Voir débarquer sur scène un autre duo de musiciens. Se laisser attendrir par la musique folk de la jeune chanteuse originaire du Pays de Galles et de son guitariste français. Un tambour, une voix pleine et grave, de la bonne humeur et le tour est joué. Un groupe qui a du potentiel, à surveiller de près. Attendre à nouveau après la première partie. Se dire qu’on n’aurait pas été contre quelques chansons supplémentaires.

Étape 3 : Profiter du concert

20h30 : nous y sommes. Rodrigo et Gabriela entrent en scène. Être impressionné par l’agilité de leurs doigts, par leurs poignets désarticulés battant le rythme avec ardeur, le tout en restant relax, easy. Jubiler quand, après son morceau d’introduction, le duo demande à la foule ce qu’elle veut entendre. Ce sera d’abord Stairway to Heaven, puis Diablo Rojo. Le concert se poursuit au feeling. Se laisser transporter par l’harmonie des deux guitares. Être envahi par les rythmes endiablés aux influences latino-rock. Se délecter des solos de Rodrigo et de l’énergie débordante de Gabriela.

Étape BONUS : Monter sur scène

Et là, moment de grâce, Rodrigo s’avance vers le devant de la scène et demande qui veut y monter. Lever le bras et s’armer de son plus beau sourire. Mourir d’envie quand ta pote est désignée parmi la foule. La voir aux premières loges, à un mètre derrière les musiciens. Prendre des photos, beaucoup de photos. Ne pas se décourager. Repérer l’agent de sécurité qui se dirige vers le premier rang pour faire monter d’autres personnes. Tenter sa chance, réussir. Essayer d’escalader la barrière, ne pas y arriver. S’acharner. Intégrer victorieusement le groupe des « fan on the stage ». Enfin, profiter autrement du spectacle. Sentir la puissance de la foule, être ébloui par les projecteurs, croiser le regard des musiciens, sauter avec eux, face à eux. Vivre un moment de partage, simple, humain. En profiter jusqu’au dernier moment, jusqu’à la toute fin du concert. Enfin, en garder un souvenir indélébile.

Margaux Lacroux

NB : Rodrigo y Gabriela ont dédié leur tournée aux 43 étudiants kidnappés de l’école d’Ayotzinapa, située à trois heures de Mexico. Cet établissement permet à des jeunes issus de familles pauvres de réaliser leurs ambitions. Des jeunes qui veulent faire évoluer le système et s’insurgent contre la corruption, une prise de position dérangeante pour les autorités.

Courrier International est revenu, dans une courte vidéo, sur les conditions de l’enlèvement des étudiants, qui a eu lieu le 26 septembre dernier (worth watching):

http://www.dailymotion.com/video/x2a6iad_comprendre-la-disparition-des-etudiants-mexicains_news

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s