DEBAT : Politique, « Quand la droite chrétienne descend dans la rue ».

Débat La droite chrétienne

Samedi 8 novembre, le débat « Politique : quand la droite chrétienne descend dans la rue » a été l’occasion de revenir sur la Manif pour tous, collectif d’associations opposées au projet de loi instaurant le mariage homosexuel en France. La promulgation de la loi en mai 2013 n’a pas découragé ses opposants, qui ont poursuivi leurs manifestations en élargissant leurs revendications à la défense de la « famille traditionnelle ». Journaliste à Faits-religieux.com, Julien Vallet a enquêté sur la Manif pour tous depuis sa formation. Essentiellement portée par les réseaux catholiques et les associations de parents d’élèves, elle a surpris la France entière par son ampleur : des dizaines de milliers de personnes ont manifesté des mois durant à Paris mais aussi à Bordeaux, Lyon ou encore Montpellier. Menée par une personnalité médiatique, Frigide Barjot, la Manif pour tous s’appuie sur des méthodes de communication modernes qui lui ont permis de rallier une France conservatrice qui en temps normal ne manifestait pas. Entièrement autofinancé grâce aux dons des sympathisants et à la vente de produits dérivés, ce mouvement de protestation peut compter sur une armée de bénévoles en grande partie rattachés aux Associations Familiales Catholiques. Ce soutien témoigne de l’importance d’une droite chrétienne conservatrice dont plus personne ne soupçonnait l’existence.

L’Eglise, qui a longtemps considéré la famille comme un instrument de conversion à la foi, accepte difficilement les changements de mœurs qui s’opèrent actuellement en Europe. La possible extension du droit de parentalité aux couples homosexuels ainsi que les progrès scientifiques ayant permis l’insémination artificielle, l’avortement et la GPA demeurent incompatibles avec la morale catholique. Aujourd’hui, cette droite religieuse utilise tous les outils juridiques à sa disposition pour une prise en compte de ses revendications par les instances dirigeantes et est d’ailleurs à l’origine d’une des premières Initiatives Citoyennes Européennes (ICE). Introduite par le traité de Lisbonne en 2007, l’ICE permet à une proposition législative d’être examinée par la Commission européenne si elle réunit les signatures d’un million de citoyens issus d’au moins sept des pays membres. En 2013, l’initiative « Un de nous » réunissait ces deux critères et sommait l’UE de « ne plus financer la recherche impliquant la destruction d’embryons humains ». Si le dossier a finalement été rejeté par la Commission européenne, il cristallise l’importance du mouvement catholique en Europe.

Lysiane Baudu effectue quant à elle un parallèle intéressant avec le catholicisme américain. Cette ancienne correspondante de La Tribune aux Etats-Unis insiste sur la banalisation de la religion outre-Atlantique : le président jure sur la Bible, il arrive de prier avant un conseil municipal, certaines entreprises sont catholiques… Dans un pays où près de 40% des citoyens déclarent aller à l’Eglise une fois par semaine, la droite traditionnaliste a énormément de possibilités et, contrairement à sa consœur française, ne manifeste pas pour exprimer son mécontentement. Elle a en revanche la possibilité de voter fréquemment sur des questions de société telles que l’avortement et d’appeler au don via la radio ou la télévision, ce qui lui confère une toute autre influence dans la vie politique du pays.

Si la droite catholique a indéniablement moins de pouvoir en France qu’aux Etats-Unis, toujours est-il que son soulèvement lors de la Manif pour tous aura des répercussions au niveau politique : une génération de jeunes cadres chrétiens formés par le mouvement cherche désormais à intégrer l’UMP, l’UDI ou encore le FN afin d’imposer ses convictions dans les programmes électoraux.

Sarah Duhieu

Pour lire les autres articles des tribunes de la presse :

Projection d’ouverture « Les Gens du Monde » Gabriel de Bortoli

Débat « Le Canard Enchaîné, 100 ans d’impertinence » – Julie Simons

Conférence « Le futur traité de libre-échange avec les Etats-Unis, un réel plus pour l’Union Européenne ?«  – Léa Léostic et Derwell Queffelec

Atelier « Kishka et Urbs, deux caricaturistes aux Tribunes de la Presse«  – Gabriel de Bortoli

Conférence « Aux confins de l’Europe«  avec Paolo Rumiz – Gabriel de Bortoli

Débat « Pourquoi la presse est-elle inaudible quand elle parle d’Europe ?«  – Margaux Lacroux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s