SOIREE TESSERACT + ANIMALS AS LEADERS + NAVENE K @ROCK SCHOOL BARBEY: Un air de prog.

Vendredi 24 octobre, deux groupes venus d’au delà des mers ont honoré par leur présence la scène métal Bordelaise. Contrairement à la musique dite « agressive » qui résonne habituellement dans ce milieu en France, le spectacle donné offrait un air de prog. 

Plus musical que le « métal » en lui-même, le métal progressif est un digne descendant des groupes des années 80-90 tels que Genesis ou Marillion. La musique ne cesse d’évoluer quelles que soient les branches. Le concert devait au départ se tenir dans la cave du Bootleg. Suite à sa fermeture il y a bientôt de cela plusieurs mois et le recul constant de sa date de réouverture, le spectacle a dû être déplacé à la salle Rock School Barbey, près de la Gare Saint Jean. Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. La salle était comble ce soir là. La Rock School, plus grande, a pu accueillir un public plus large qui ne serait probablement jamais venu dans la cave d’une boîte. La scène en elle-même offrait plus de possibilités aux groupes que ne l’aurait pu celle du Bootleg. Large sans être immense, la salle est un bon compromis qui permet aux artistes d’être proches de leurs fans sans risquer de se faire écraser. En première partie, Navene K, ex-batteur de Animals as Leaders, nous a offert un spectacle pour le moins surprenant. Armé d’une batterie, d’un ordinateur et d’une guitare, il s’est lancé dans un solo entièrement contrôlé par l’électronique. Le musicien était essentiellement assis à la batterie, son instrument de prédilection, où il exécutait un solo.  Pour accompagner celui-ci, des sons électroniques que l’on pourrait qualifier de style « Skrillex » résonnaient. Une guitare était également posée et permettait à l’artiste de lancer un petit air enregistré par l’ordinateur et reproduit en continu pour accompagner son ensemble. Musicien multitâche ou au contraire « faux » artiste qui laisse l’électronique tout faire à sa place, les avis étaient partagés. Certains se demandaient même s’il jouait réellement à la guitare ou si tout cela n’était qu’une mise en scène car pour eux, le son était, je cite : « Trop propre » ! Tesseract, eux, ont offert une ambiance totalement différente. Ce groupe venu de Grande Bretagne reste une preuve que le rock trouve bien ses racines en Angleterre ! Alternant chansons calmes et mélodiques avec des musiques plus « hard » accompagnées de passages screamés, le chanteur ne manquait pas d’énergie. Une vraie pile électrique qui sautait dans tous les sens ! Comme quoi, certains artistes, même s’ils ne font pas du  métal « lourd », sont vraiment à fond dans « leurs délires » et se lâchent sur scène. C’est simple, le groupe ne laissait pas beaucoup de temps de repos au public entre deux chansons. Elles s’enchaînaient le plus souvent comme une seule et même mélodie. Ici aussi, les avis et impressions étaient partagés. Certains ont été totalement conquis, d’autres, fans plus anciens du groupe, regrettaient le changement de ligne musicale. Tesseract était apparemment plus basé sur le chant scream dans les albums plus anciens. Enfin, la tête d’affiche de ce concert est apparue.  Animals as Leaders, composé de trois membres. Un batteur et deux guitares. Pourquoi ne pas avoir de bassiste, élément pourtant essentiel de tout bon groupe de métal ? Tout simplement parce que les guitares utilisées par ce groupe sont des huit cordes et peuvent couvrir une partie du jeu de la basse. C’est un bon projet qui offre un choix plus large de sons aux groupes, mais qui nécessite d’autant plus de concentration. Entièrement instrumental, ce concert ressemblait à un enchaînement de musiques utilisées la plupart du temps pour les introductions d’album. Là encore, deux avis s’affrontaient : L’admiration des adeptes de la musique face à la technicité des morceaux effectués sur ces guitares et le son qui en ressortait alors que d’autres se sont très vite lassés après avoir déclaré que tous les morceaux se ressemblaient. Un concert riche en musiques diverses qui a rappelé au public bordelais que le son du métal n’a pas forcément besoin d’être brutal à l’extrême pour être apprécié.

Chelsea C.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s