ENVOYE DEPUIS MON ITOUCH: Une seconde chance, pourquoi faire ?

Dans les deux articles précédents, je vous avais parlé de mon mec qui était un mythomane, de comment j’avais réussi à déjouer tous ses plans et voici, aujourd’hui,  comment M. Mytho était revenu vers moi, avec sa belle cape et son cheval blanc, alors que je voulais l’oublier.

Un lundi matin, il m’appelait pour m’avouer la vérité (ah enfin ! Il n’est pas trop tôt !) : il était en couple avec une fille depuis un an, alors que nous nous fréquentions. Cela se passait mal et lorsqu’il m’a rencontré il s’est rendu compte qu’il était vraiment attiré par moi (ouh la la). C’était donc pour cette raison qu’il m’avait menti plusieurs fois, ou que parfois, il se passait des journées entières sans avoir de nouvelles : dans ces moments-là, il était avec elle. Il avait rompu avec cette fille du dimanche, lui expliquant qu’il avait rencontré quelqu’un : moi. Il souhaitait une seconde chance, me dire toute la vérité et croire en nous deux. A vrai dire, ce n’était pas une seconde chance mais la centième, mais bref, ce n’était que du détail….

Inconsciemment, c’était ce que j’attendais, il l’avait très bien compris et s’en est servi pour me la faire une fois encore à l’envers et vous allez comprendre pourquoi. En effet, j’étais impatiente et heureuse qu’on me donne cette importance, que quelqu’un insiste pour moi, qu’il se rende compte que j’en valais la peine. Chez lui, à 22 H, il m’ouvrit la porte, totalement nu, en m’expliquant qu’il finissait de prendre son bain. « Bonjour, enchanté,  je ne savais pas qu’on devait recommencer sur des nouvelles bases comme celle-là… Je me dessape maintenant ou ça se passe comment ? Au bout d’un mois, sans contact visuel, cette première approche me gênait.

Il se plongea dans l’eau mousseuse, une clope à la bouche, un bol de Ricoré disposé au bord de la baignoire. J’étais assise adossée au rebord et je posais toutes les questions qui me venaient à l’esprit : « Tu as une tumeur au cerveau ? » « Oui, sur ça, je ne t’ai pas menti », « As-tu réellement un entretien à Nice le 3 avril ? » « Oui, aussi. » « Est-ce que ta sœur est venue trois jours ? » « Non, j’étais avec mon ex » « Tu as vraiment un copain que tu as amené à l’hôpital ? » « Oui » « Est-ce que tu as passé trois heures chez ton assureur ? » « Non, seulement vingt minutes ». Je lui demandais de me parler de cette ex qui souhaitait changer de numéro et ne plus entendre parler de lui. Il se disait soulagé, libéré de cette relation. Je lui demandais : « Elle était blonde, non ? » « Oui, pourquoi ? » « Parce qu’il y a des cheveux d’elle sur les tapis de ta salle de bain ». « Ah, on ne peut rien te cacher à toi… » Non rien…

Malheureusement, parfois, j’aimerais rester dans la naïveté, ne pas chercher sans arrêt des réponses, mais il me faut toujours des explications logiques, un semblant de vérité. Il s’énervait rapidement soumis à cet interrogatoire : « Bon, par contre, tu as posé toutes tes questions, maintenant, c’est terminé, on passe à autre chose ! » Nous étions sur son lit, il me regardait dans les yeux, embrassait mon visage doucement et me promettait de ne plus jamais me faire du mal, tout en me regardant profondément dans les yeux. Il souhaitait me prouver que je pouvais lui faire confiance et que ça prendrait le temps que ça prendrait.

Les deux jours suivants, il m’envoyait des messages, me disait qu’il croyait en nous deux, qu’une relation pouvait mal commencer et qu’en sortant de là, nous serions le couple le plus solide. Il m’expliquait qu’il avait été trompé plusieurs fois par ses copines et que ça lui faisait bizarre de tomber sur « quelqu’un de bien ».

Le lendemain, je recevais un message : « Je pense qu’on devrait arrêter ». La seule explication que j’ai eue c’est qu’il n’était pas prêt à s’investir, que mon caractère ne lui plaisait pas, et qu’il ne le sentait pas. Ce renversement de situation me fît un mal de chien. J’avais pris sur moi, je décidais d’accepter cette seconde chance, je ravalais ma fierté et lui, gâchait encore tout ? Il avait toujours eu ce don pour retourner la situation contre moi, à chaque instant.

Le 3 Avril était le jour de son entretien sur Nice, il m’avait assuré que c’était la stricte vérité et nous en avions parlé longuement ce lundi de la seconde chance. Le 3 avril, je me rendis donc à son magasin, afin de vérifier qu’il était, en effet, à Nice et non pas à travailler sur Bordeaux. Je vis sa voiture garée sur le parking du centre commercial et l’observais ranger l’argent de sa caisse, tout en servant ses clients. Il n’y avait jamais eu de Nice… Je réalisais que cette histoire de projet sur Nice, il me l’avait servi sur un plateau, dès le départ de notre relation. Tout était calculé, et écrit à l’avance pour qu’il se serve de moi, il n’y avait eu aucun sentiment, aucune vérité nulle part. Tout s’écroulait comme un château de cartes, cette histoire n’avait jamais existé. Il n’avait jamais voulu quoi que ce soit avec moi, il s’était juste amusé avec mon pantin et l’avait malmené pour arriver à ses fins : avoir de l’affection lorsque ça l’arrangeait et tirer son coup. Je n’avais été qu’une proie facile, un cobaye à ses expériences de manipulation. Il s’était inventé une vie entière. La seule chose qu’il répondit à mes injures et mes reproches fût : « Je ne te mérite pas. Je ne sais pas ce que je veux. Tes insultes et reproches ne m’atteignent pas. Je ne veux plus de contact avec toi car je ne veux pas te faire plus de mal. Sois heureuse ». J’étais folle. Entre ne pas vouloir ce qu’on veut et manipuler de manière perverse une personne, il y a une différence…

Une seconde chance : c’est vous remettre dans une position fragile, d’attente, d’espoir et risquer d’être à nouveau déçu. Se relever une première fois est une chose, la seconde restera toujours plus difficile à surmonter. Vu ses façons d’agir, je ne sais pas combien de connasses se sont faites avoir à son jeu, donc il n’y a plus qu’à faire le test de toutes les MST possibles… Cool, j’ai été ravie de faire ta connaissance M. Mytho.

Logo Itouch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s