Hollaback girl !

holaback1

Le fameux « hé mademoiselle ! », des sifflements, des remarques voire des insultes… beaucoup le vivent au quotidien. La plupart des filles ont au moins une fois vécu le harcèlement de rue et s’accorderont à dire que ce n’est vraiment pas agréable, voire dangereux. Seulement, cette forme de sexisme est banale pour beaucoup de gens.

Il y a deux ans, une étudiante réalisatrice belge a tourné un reportage à ce sujet, qui a été pas mal médiatisé et l’opinion publique a commencé à prendre conscience de ce phénomène. Dans cette optique, le site iHollaback.org, qui était à l’origine une petite association d’étudiants a vu le jour, d’abord aux États-Unis, pour aider à combattre le harcèlement de rue. Aujourd’hui, iHollaback existe non seulement en France, mais dans plus de 20 autres pays, de la Corée à l’Argentine en passant par la Turquie.

Hollaback ça veut dire quoi ? En anglais, « holla » est une interjection utilisée pour s’appeler ou se saluer. En argot, c’est aussi une expression utilisée par un homme pour attirer l’attention d’une femme. « Holla back » signifie donc répondre, répliquer. L’expression a notamment été popularisée par Gwen Stefani dans sa chanson Hollaback Girl en 2005 (eh oui, ça nous rajeunit pas).

hollaback Gwen stefani

Pour mieux sensibiliser les gens au harcèlement de rue, le site propose aux filles (et aux garçons) victimes de témoigner, anonymement ou pas, et à tous les internautes de cliquer sur « je suis avec toi » pour chaque témoignage, un peu comme le « j’aime » de Facebook.

De plus, iHollaback démonte un à un « les mythes » qui tente de décrédibiliser les victimes, dont voici la liste :
Mythe n° 1 : Les femmes aiment secrètement être draguées dans la rue.
Mythe n° 2 : Le harcèlement dans la rue n’arrive qu’aux femmes qui s’habillent sexy.
Mythe n° 3 : Le harcèlement dans la rue n’arrive qu’aux femmes jeunes et attirantes.
Mythe n° 4 : Celles qui se plaignent du harcèlement dans la rue sont en fait jalouses / coincées / haïssent les hommes / sont des psychoféminazies brûleuses de soutien-gorge / des ennemies de la liberté d’expression / sont en manque de sexe / sont moches.
Mythe n° 5 : La drague dans la rue relève de la liberté d’expression.
Mythe n° 6 : Il n’y a que les hommes hétéros ou [insérer ici un stéréotype racial] ou [insérer ici un stéréotype social] qui harcèlent les femmes.
Mythe n° 7 : Ce n’est pas du harcèlement, c’est juste de la drague.
Mythe n°8 : Les hommes sont comme ça, il faut s’y faire.
Mythe n°9 : Personne n’a de problème avec le harcèlement dans la rue quand le harceleur est sexy.
Mythe n°10 : Tant que ce n’est pas violent, c’est inoffensif.
Mythe n°11 : C’est le prix à payer quand on habite en ville.

Enfin, le site présente 13 stratégies à utiliser si on est harcelé mais aussi pour défendre une personne harcelée dans la rue, tirées d’un manuel d’auto-défense.

En bref, iHollaback est un site bien utile qu’on devrait tous visiter au moins une fois, et qui en plus de faire prendre conscience du phénomène et de montrer aux victimes qu’elles ne sont pas seules, propose des suggestions concrètes pour le contrer.

hollaback_6

http://france.ihollaback.org/

Par Maëva H.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s