L’Ukraine : Se reconstruire

Après 3 mois de manifestations et l’embrasement des derniers jours, la vie en Ukraine reprend peu à peu. Pour rappel, tout a commencé le 21 novembre 2013, après l’annonce du président (destitué aujourd’hui) Ianoukovitch sur le rejet d’un accord avec l’Union Européenne. C’est ce jour où la colère monta pour la première fois. Où la première étincelle alluma la mèche. Où les premières manifestations commencèrent à Kiev, symbole de cette lutte Ukrainienne (mais il ne faut pas oublier que la mobilisation était nationale) .
Durant 3 mois se déroula une lutte acharnée pour restituer au peuple son droit de décision, dans un pays où la « démocratie » est non sans rappeler celle de Poutine [je vais être envoyé en goulag pour avoir écrit ça]. Le 18 février, Kiev a basculé dans l’horreur, les forces de l’ordre ayant lancé l’assaut contre les manifestants. Des dizaines de morts, des centaines de blessés, la place Maïdan en feu et barricadée. C’est seulement le 22 février que le président est destitué par le Parlement, avant que ce dernier ne prenne la fuite.

Et maintenant ?

Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes mercredi 26 février, la composition du nouveau gouvernement sera dévoilée à 19h. Réel changement ou une révolution pour presque rien ? Seul l’avenir nous le dira.
Pour le moment, les ukrainiens affluent en masse vers l’ancien palais présidentiel, qui a été restitué à l’Etat, pour découvrir un lieu de luxure démesurée. Au-delà de la superficie ridiculement grande du lieu, des pièces d’or à l’effigie de l’ex chef de l’Etat, des ponts en marbres, des autruches présentes dans la résidence, les ex-manifestants peuvent notamment découvrir qu’avant de partir, Ianoukovitch a tenté de brûler et de jeter dans ces lacs résidentiels, de nombreux documents, dont des preuves de corruptions ou encore de fichages d’opposants politiques. Décidément, on ne peut plus nier l’affiliation avec le régime de Poutine [oups, j’ai encore gaffé] !

Comme après le printemps arabe, la difficulté est dorénavant de se reconstruire en adoptant un modèle stable et viable, en évitant les erreurs passées, pour que les luttes ne se soient pas faites en vain. Cependant, ce ne sera pas une mince affaire. Car bien que tout le monde soit d’accord pour éviter de nouveaux affrontements, un pays qui a baigné dans la corruption et les exactions n’en sort pas si facilement.

En attendant, laissons au peuple ukrainien savourer sa victoire, qui a tout de même le goût amer du sang et des cendres.

Gabriel T

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s